Lait de chanvre maison.

On est une famille. (Vous le saviez… tu? :/ ) En processus d’autosuffisance. (J’en parle pas assez… souvent.) Et dans cette optique, je fais des tests. Souvent. Vraiment souvent. Mais ils sont pas tout le temps concluants… Des essais- erreurs. Et cette semaine, j’ai fait un nouveau test. Pas loin d’une erreur… À mon goût en tout cas.

Mais avant, faut que je vous partage ma petite réflexion (pour vrai, c’est tout petit-mini-pas-long!) au sujet des habitudes.

Ce qui m’a amené à faire un nouveau test de fait-maison, c’est le lait. On essaie de couper la quantité de produits laitiers qu’on consomme. (Une transition lente vers le végétarisme.) Et depuis un moment on est donc passé aux laits végétaux. Celui qui plaisait le plus aux enfants, c’était le lait d’amandes.

Quand on a switché entre le lait de vache et le lait végétal, mon premier réflexe a été D’ALLER EN ACHETER. Je me suis même pas remise en question une seconde et quart. On se rappelle: on essaye de devenir plus autosuffisants! (?) J’ai donc acheté deux trois sortes de laits végétaux, on les a goûtés, on en a aimés, je suis retournée en acheter (ben oui! Encore, toé! Pas de sens!), et cela, durant un bon mois, avant que je RÉALISE que ça coûtait pas mal cher de lait, pis que ça devait ben se faire maison, du lait d’amandes! (Enfin, y’était temps que j’allume!) Je me suis donc mise à faire le lait d’amandes et le lait de riz. (Avec des fruits dedans c’est carrément divin! ❤ ) J’étais bien fière de moi. Je respectais un peu plus mes principes d’autosuffisance, même si j’en étais pas encore à me faire pousser du riz et des amandes… (Tsé, une étape à fois… 😉 )

Mais un bon matin, (toutes les bonnes histoires commencent de même, non?), mes petits cocos en ont eu assez du lait d’amandes… Je devais donc trouver une solution, parce que le lait de vache était clairement pas une bonne option pour nous. Et j’ai pensé au lait de chanvre! (Eurêka!) Et j’ai eu la bonne idée… D’ALLER EN ACHETER! ( Facepalm. Encore acheter! :/ ) J’ai donc demandé à mes chers contacts facebook, dans quelle épicerie en trouver, parce que là où j’allais il n’y en avait pas!

Une chance qu’une personne dans mes contacts a eu l’ingénieuse idée et présence d’esprit, de me dire que je pouvais en faire maison! Parce que je m’en allais encore la tête baissée dans mes incohérences moi là! 😦  Ça m’a vraiment fait prendre conscience à quel point les habitudes ont la couenne dure! Et que malgré nos bonnes résolutions, nos valeurs et nos choix, c’est si facile de débarquer de notre track et de suivre les rangs des fois! Ces deux petits épisodes de « brouillard de conscience » si je puis dire, m’ont fait réaliser l’importance de continuellement remettre nos gestes en question, et nos façons de faire. Non seulement les habitudes ont la couenne dure, mais on prend beaucoup de choses pour acquises aussi, et assez facilement d’ailleurs. Acheter, c’est comme la solution facile. Et on prend pour acquis que tout ce dont on a besoin se trouve au magasin… mais c’est loin d’être le cas. Se remettre en question et suivre les objectifs, les valeurs et les chemins sur lesquels on souhaite avancer consciemment, c’est pas toujours évident. Ça demande un effort. De conscience, en premier lieu. Fin de la réflexion. On revient à mon histoire de lait!

Bref, après mes deux épisodes de brouillard de conscience, justement, j’ai testé une recette de lait de chanvre. J’avais justement un sac de graines de chanvre décortiquées dans le frigo (sur des toasts au beurre de peanuts c’est juste trop bon!), le timing était donc parfait.

La recette est simple. Temps de trempage, jeter l’eau de trempage, passer au « juicer » avec de l’eau claire, et boire. Mais…

Avant de vous donner la recette complète, je dois vous dire que pour nous ça a pas été une révélation, malheureusement. On a trouvé ça plutôt amer. On a essayé de l’aromatiser avec du cacao, un peu de sucre, avec de la vanille et du sirop d’érable. Mais on était pas super satisfaits.

C’est peut-être moi qui ne suis pas assez habituée (encore une question d’habitudes… ) ou j’ai peut-être fait de quoi de travers (genre pas mettre assez d’eau claire, ou mal respecter le temps de trempage). Mais je vais réessayer une autre fois, avant de mettre complètement l’idée de côté et d’essayer autre chose. Mais bref, c’est loin d’être  imbuvable. Amer, oui. Plus que les autres laits végétaux que j’ai bu. Mais c’était loin d’être mauvais quand même!

Je vous laisse donc la petite recette que j’ai utilisée (c’est celle du site de Prana), et vous pourrez faire vos propre tests si le coeur vous en dit:

  • Une tasse de graines de chanvre décortiquées.
  • 4 t. d’eau.
  • 4 c. à table de poudre de cacao.
  • 2 c. à table de sirop d’érable.
  • Une c. à thé d’essence de vanille.
  1. Faire tremper une tasse de graines de chanvre dans l’eau pendant au moins 4 heures. Drainer et rincer à l’eau claire.
  2. Mettre au mélangeur avec 4 tasses d’eau fraîche et mixer jusqu’à ce que les graines de chanvre soient pulvérisées.
  3. Filtrer avec un filtre à lait de noix, un tissu de coton ou un coton à fromage et transvider dans un pot en verre avec couvercle.
  4. Ajouter le cacao, le sirop d’érable et la vanille. Mélanger à nouveau au mélangeur, jusqu’à l’obtention d’un lait onctueux et homogène.
  5. Le lait se conserve au frigo durant 4-5 jours. S’il se sépare, secouez le pot pour re-mélanger le tout.

Voilà. Je vous souhaite de meilleurs résultats que les miens. Je vous en redonnerai des nouvelles quand je réessaierai d’en faire. 😉 Cheers pareil, là! ❤

23899393_10155752845336702_662996172_n

 

 

 

J4 , Apprentissages en famille!

J4 du défi #30joursaef /#30joursunschooling . S’ #amuser à #compter des parts de gâteau, devenues des petits bateaux… ☺️ Ne pas forcer les apprentissages rend les enfants disposés à apprendre à leur #rythme. 

Le jeu pour les enfants, on le sait, c’est sérieux!

Et ce n’est pas peu dire! J’ai pour mon dire que de forcer le cerveau d’un enfant à apprendre quelque-chose à un moment où les connexions nécessaires ne se sont pas encore faites, c’est comme de forcer un téléphone à faire un appel sans qu’il n’y ait de ligne fonctionnelle dessus!

Alors que si on les laisse jouer, ils apprennent des tonnes de choses qui sont considérées comme tout sauf des apprentissages, parce que ça devient logique et pertinent que cette constatation se fasse à ce moment-là, dans ce contexte-là… Je vous donne un exemple. Les enfants jouent avec des legos. Une petite moto, et un petit bonhomme. Le bonhomme n’a pas sa tête, et mon petit coco de 2 ans se met à la recherche d’une tête dans le grooooos bac rempli de pièces. Déjà là, on a un apprentissage. Débrouillardise, chercher pour avoir ce qu’il veut sans se mettre à pleurer de découragement soudain, ni en demandant l’aide de maman, malgré que je sois près d’eux pour surveiller que des petites pièces ne se retrouvent pas dans la bouche du petit. Chercher, donc. La patience devient nécessaire, parce qu’il est vraiment gros notre bac de legos. Il trouve une tête. REWARD! Il est super content! Satisfaction, récompense de sa patience et de sa persévérance. Gratification, et connexion dans le cerveau de: travail et patience = satisfaction, résultat, gratification et FIERTÉ! Il essaie ensuite de mettre la tête du bonhomme sur le corps du motocycliste. Autre apprentissage: motricité fine 400 à l’heure! Jusqu’à maintenant, c’était moi qui mettais les petites têtes sur les petits corps. Apparemment, je viens de perdre ma job… Donc motricité fine et patience encore une fois. Si vous manipulez encore des legos, vous saurez qu’il y a deux trous sur les têtes. Un plus gros pour les insérer sur les corps, et un plus petit pour y faire tenir différents chapeaux. Après 2 grosses minutes, il a compris qu’il essayait d’enfiler la tête sur le mauvais côté. Il l’a retournée… Le cerveau fait encore des connexions importantes! La logique, l’observation, la réflexion dans la recherche de solution, etc. Il a fini par se lever d’un bond pour aller faire rouler sa moto dans le salon. La fierté et la joie paraissaient dans son regard! Si j’avais, il y a quelques semaines, tenté de forcer ses petites mains et ses yeux et son cerveau à apprendre à mettre une petite tête de lego sur un corps, on aurait eu un méga fiasco violent, des pleurs, de l’acharnement, un sentiment d’échec et d’impuissance généralisé! Ça aurait pas marché. Pas une seule seconde.

Ce matin, mon petit viking de presque 4 ans jouait avec les parts de gâteau de bois. En changeant son jeu de minute en minute, sans l’intervention de qui que ce soit, les parts de gâteau sont devenues des bateaux… puis il les a alignées. Puis il s’est mis à les compter, en me disant qu’il en manquait ! Il ne sait pas compter. Techniquement. 😉 Mais il a compris qu’il y a 6 parts sur le gâteau et qu’il n’en avait que 4 entre ses mains… Mathématiques instinctifs, calcul, logique, soustractions, additions… Et en partant à la recherche des autres morceaux, son jeu a changé complètement! 🙂

C’est la magie. la magie de la spontanéité de l’enfance. La magie des APPRENTISSAGES spontanés. Qui se font pratiquement tout seuls, au bon endroit, au bon moment.

Je ne forcerai jamais des apprentissages chez mes enfants. Ni pour la continence, ni pour les maths, ni pour le chimie. Si leur petite voix intérieure, leur instinct, leurs intérêts, la direction de leur réflexion, ou n’importe quoi d’intime à eux, les porte dans une direction plutôt qu’une autre, alors ce sera cette direction qui sera observée. De toute façon, qu’on y porte attention ou non, le soleil se lève et se couche tous les jours… Tout comme les apprentissages se font… qu’on les fasse consciemment ou non. ❤

Jour 4 des apprentissages en famille. Aujourd’hui, nous, on joue! 😉

Vous pouvez nous suivre dans notre quotidien de ce défi photo pour la diversité des apprentissages en famille, sur notre compte Instagram , sur le blog ici-même, ou encore sur la page Fecebook de Mille étoiles. Au plaisir de vous y retrouver!

23283096_10155705980686702_1836127596_n