La nature en coloriage

Poésie partagée.

Malgré que j’en ai moi-même beaucoup lu dans ma vie, je n’en ai jamais beaucoup lu à mes enfants. Quelques textes par-ci par-là, mais sans plus. Elle était lentement tombée dans un oubli involontaire, mais facile…

L’année dernière, nous avons fait le choix d’éduquer les plus jeunes à la maison, et très vite, le genre et la qualité des lectures que je leur faisais ont été remis en question.

La poésie (et bien d’autres choses aussi), a donc repris la place qui lui était due dans nos lectures familiales.

Cette année, nous lui accorderons une place encore plus prédominante, en en lisant tous les jours. 

En fouillant pour faire mes choix de textes et d’auteur.e.s pour l’automne, je suis retombé.e sur ce texte de Jacques Prévert: « Le cancre ».

Ce poème sied en tous points à la réalité de beaucoup d’enfants qui se retrouvent à vivre les apprentissages en famille parce que le « SYSTÈME » les fait sentir inadéquats, n’arrive en rien à s’adapter à elleux, les rejette, les méprise…  Alors qu’en fait, ces enfants n’ont rien de cancres, mais bien au contraire, ont de larges ailes au coeur, et ne peuvent se permettre de vivre dans des cages faussement dorées.

Je vous le partage donc, dans le but qu’il vous rassure sur la Nature de vos enfants sauvagement heureux, férocement anti-boîtes scolaires, naturellement enfantins, et joyeusement libres, si toutefois cet état de ne pas convenir au système scolaire vous inquiétait un tant soit peu… Ils n’ont besoin que de votre Amour, et d’un bout de ciel pour voler heureu.x.ses… et Libres.

 

LE CANCRE

Il dit non avec la tête

mais il dit oui avec le coeur

il dit oui à ce qu’il aime

il dit non au professeur

il est debout

on le questionne

et tous les problèmes sont posés

soudain le fou rire le prend

et il efface tout

les chiffres et les mots

les dates et les noms

les phrases et les pièges

et malgré les menaces du maître

sous les huées des enfants prodiges

avec des craies de toutes les couleurs

sur le tableau noir du malheur

il dessine le visage du bonheur

Jacques Prévert

-Paroles.

animal-20439_960_720

 

 

 

 

 

Demain, on fêtera Lammas!

Demain, le 1er Août, on fêtera Lammas! Vous connaissez?

Lammas (ou Lughnasadh), est aussi appelée la fête des moissons dans la plupart des civilisations. You know, le fameux Harvest festival?!  Elle a été nommée Lughnasadh en l’honneur du Dieu celte Lugh, dieu solaire. Chaque coin de l’Europe occidentale apporte à la légende sa saveur particulière, avec des variantes plus ou moins importantes au sujet de la célébration.

Monetier-les-Bains_gerbes_de_blé

Son origine remonte au temps où les récoltes tenaient une place capitale de survivance, dans la vie de tous et de toutes. Les gens célébraient Lammas en l’honneur de la première récolte de céréales. D’où le symbole de la gerbe de blé pour la représenter.

téléchargement

Effectivement, la période de la fin Juillet-début Août, est celle où les jardins, les champs, et la Terre en général, nous offrent les premières récoltes abondantes. Les champs qui ont poussé, à perte de vue, durant tout l’été, vont maintenant être coupés, et permettre aux bêtes et aux Hommes d’être nourris durant l’hiver.

Malgré l’industrialisation et les méthodes de conservation des aliments qui se sont améliorées et qui sont surtout plus nombreuses qu’auparavant, la consommation de pain qui était jadis un aliment de base, a peu changée. Le pain est encore un des aliments les plus consommés au monde. Sa fabrication ne se fait plus au quotidien ou de façon hebdomadaire pour bien des familles, mais que nous fassions partie de ceux qui boulangent pour les leurs, qui achètent un pain frais au commerçant du coin ou qui rapportent des caisses de pain à l’avance pour les congeler, le grain, lui, pousse encore dans les champs! Et malgré que le labeur d’autrefois ne soit plus le lot de toutes les familles, les agriculteurs travaillent encore d’arrache-pied pour faire tourner l’agriculture la plus répandue en Amérique du Nord. Cela étant dit, la majorité de ces céréales sont ensilées et servent à nourrir les troupeaux de bêtes qui finiront dans des assiettes elles aussi… Il faudra éventuellement prendre au sérieux les conséquences environnementales que de telles pratiques impliquent. Mais c’est une autre histoire. Nous y reviendrons une autre fois…

bread-1812560_1920

En vous écrivant, et chaque année à cette date, j’ai des souvenirs des histoires que mes grands-parents me racontaient, de l’époque où ils travaillaient aux champs avec leurs propres parents, du temps où ma grand-mère aidait sa mère à mettre les ingrédients dans le pétrin pour faire assez de pain pour leur famille nombreuse, du temps où il ne suffisait pas d’aller à l’épicerie ou à la boulangerie pour avoir une miche toute prête. Ces histoires ont doré les moments de mon enfance et même de ma vie d’adulte. Aujourd’hui, c’est moi qui les raconte à mes enfants quand on prépare le pain ensembles… Un cycle perpétuel que je ne voudrais briser pour rien au monde!

people-1694647_960_720

De nombreuses traditions se sont développées à partir de la signification que prenait la gerbe de blé selon les différentes régions du monde, en plus de la date du festival qui change, selon l’Hémisphère dans lequel on se trouve.

Mais une chose est certaine, c’est que la fête des moissons est un événement rassembleur depuis des milliers d’années. Et toutes les sociétés ainsi que toutes les religions, en ont eu et en ont, leur propre version, à quelques différences près.

Ce qui ne change pas d’une époque et d’un groupe à l’autre? La gratitude. La reconnaissance. Le partage. L’abondance. La musique. La joie. Le festin.

Rendre grâces à la Terre pour l’abondance qu’elle offre. Peu importe notre religion.

téléchargement (1).jpg

Parce que c’est non seulement un don, mais à l’époque où nous vivons, c’est aussi une chance… Avoir la possibilité de remercier et de rendre grâces, avoir assez à manger pour considérer l’abondance, n’est malheureusement pas donné à tout le monde… L’importance du partage prend tout son sens ici quand on y pense un peu…

Et vous? Allez-vous fêter Lammas? Avoir une pensée, en silence, en mangeant votre repas demain soir, pour la provenance de ce qui se retrouvera sur votre table? Partager les fruits de vos récoltes avec vos voisins et ami-e-s? Avec votre famille? Allez-vous commencer à remercier pour ce qui vous est offert si généreusement si vous ne le faisiez pas déjà? Allez-vous planter une graine d’un des fruits que vous aurez consommé, afin de perpétuer le cycle infini?…

Peu importe votre confession, (ou non-confession), je vous souhaite à tou.te.s, un joyeux Lammas!

3976e4d9d7179ce7863ec8b12d7e887d