Crème maison pour l’eczéma.

Un petit post rapide entre deux sessions de cannage, parce que les soins aux enfants ne s’arrêtent jamais complètement, cannage ou pas!

Comme des milliers de personnes, l’eczéma existe chez-nous. Deux de mes enfants sur les 6 en ont fait de façon sporadique.

On va mettre quelque-chose au clair tout de suite: je ne suis ni dermatologue, ni médecin, naturopathe, ou quoi que ce soit qui implique un diplôme en médecine nucléaire… Mes expériences ne donneront pas nécessairement les mêmes résultats que pour vous. Soyez bon juge de votre situation et consultez un médecin ou votre professionnel de la santé si vous souffrez d’eczéma sévère ou dû à une condition médicale, ou encore si vous faites une réaction allergique à l’avoine (on ne sait jamais). Et je ne juge personne qui pourrait dire que les produits naturels ne fonctionnent pas sur sa peau ou celle de ses enfants et que ça prend de quoi de plus fort absolument. Chacun sa médecine. Nous sommes le premier expert en ce qui nous concerne ou concerne nos enfants. Je nous fait confiance!

Donc! Selon ce que j’en ai appris, l’eczéma est très fréquent et est causé par une multitude de choses. Pour mes enfants, deux choses l’ont causé: les produits laitiers, et le jus d’orange!

Ces deux aliments sont d’avance très réputés pour causer des irruptions cutanées (ainsi que beaucoup d’autres difficultés, mais c’est une autre histoire, on en reparlera une autre fois!), et sont donc dans les premières causes nommées quand on se met à chercher ce qui peut bien donner des plaques rouges à nos petits.

La première chose à faire est donc de tenter d’isoler l’allergène.

Ensuite, je vous propose cette petite crème qui a littéralement fait des miracles sur les petites jambes de mes enfants. Elle est pratiquement gratuite (si on part du fait que vous avez ces ingrédients dans le garde-manger et la pharmacie) ou sinon, très peu chère. Elle est aussi très rapide à préparer.

Voici donc la liste des ingrédients:

  • 2 c. à soupe de flocons d’avoine moulus en farine
  • 180 ml d’eau
  • 1 c. à thé d’huile (je vous donne une liste des huiles que j’aime bien, à la fin de ce texte)
  • (facultatif) 1/4 c. à thé de vitamine E
  • (facultatif) 2-3 gouttes d’HE de lavande

Pour les flocons d’avoine, la recette originale disait de passer le tout au tamis une fois cuit, afin d’enlever les flocons et qu’il ne reste que le lait d’avoine. Personnellement, je préfère avoir tout dans la crème. Je passe donc des flocons d’avoine secs au moulin à café. J’en fais une farine que je fais cuire. Je n’ai donc rien à passer au tamis après.

Donc faites cuire la farine de flocons d’avoine comme si vous prépariez un gruau ordinaire. Quand ça mijote, baissez un peu le feu et laissez mijoter 2 ou 3 minutes.

Retirez du feu et laissez refroidir complètement.

Ensuite, ajoutez l’huile que vous aurez choisie, et la vitamine E, si vous choisissez d’en mettre. Personnellement, j’ajoute aussi 3 gouttes d’huile essentielle de lavande, parce que fiston le demande. Il aime l’odeur. Brassez bien.

Voilà, c’est tout! Votre crème est prête. Ne la préparez cependant pas trop d’avance, parce qu’elle ne se garde qu’une semaine au réfrigérateur.

Appliquez sur la zone à soigner deux à trois fois par jour.

69633659_1314195342072883_155378477816610816_n

L’avoine est excellente pour la peau. Eczéma ou pas, vous pouvez aussi simplement en ajouter à l’eau du bain. Ça adoucit la peau et la nourrit. C’est aidant aussi dans des cas de réactions allergiques cutanées mineures. (évidemment, consultez en cas de réaction grave!) Pour ne pas avoir des milliers de flocons d’avoine collés à vous ou aux rebords du bain, mettez-en simplement dans un coton à fromage ou un quelconque mouchoir en tissu assez fin, que vous nouerez avec une ficelle ou un élastique et laissez flotter dans l’eau.

Je vous donne aussi la liste (non-exhaustive!) des huiles qu’on a souvent à la maison, ou qui sont faciles à trouver et qui fonctionnent bien pour cette recette. Évidemment, vous pouvez en choisir une autre.

  • Huile d’amande douce
  • Huile de macération de calendule
  • Huile de sésame (ne mettez pas d’HE avec cette huile, elle sent déjà très bonne et assez fort)
  • Huile d’avocat
  • Huile d’olive
  • Huile de pépins de raisins
  • Huile de tournesol
  • Huile de noix

 

Je vous souhaite sincèrement de ne pas en avoir besoin. L’eczéma, ça pique et c’est pas drôle. Mais vous saurez en préparer rapidement avant que la situation ne prenne des proportions hors de contrôle, si le besoin s’en faisait sentir!

 

 

Repenser l’éducation.(sic)

citation-education-positive

Qu’on parle d’éducation académique ou d’éducation sociale, dans les deux cas, on semble être dans une ère de changement. Ce qui n’est pas pour me déplaire!

Par rapport à l’éducation académique, le système scolaire semble de plus en plus s’effondrer sur lui-même depuis plusieurs années déjà. En effet, plus le temps passe, et plus on s’enfonce dans des besoins de plus en plus criants, auxquels on trouve et on offre de moins en moins de réponses et de services.  Nous connaissons tou-te-s, directement ou indirectement, une histoire d’horreur reliée aux failles du système, malheureusement.

Ensuite, par rapport à l’éducation civique, sociale, familiale, les anciennes méthodes éducatives sont en perte de vitesse aussi. Qu’on pense à la fessée, à la ceinture, à mettre au coin, priver de manger, enfermer dans une chambre, etc, toutes ces méthodes passent l’arme à gauche un peu plus chaque jour. Ce qui est une excellente nouvelle!

Étant une famille de « homeschoolers », prônant la bienveillance et la pédagogie positive, tous ces changements viennent non seulement me confirmer que je fais la bonne chose pour ma famille et pour mes enfants, mais aussi, tout ça m’inspire et me motive à poursuivre dans cette belle direction!

De choisir le respect du rythme de l’enfant, que ce soit pour qu’iel se sèvre de l’allaitement, pour l’âge auquel iel commencera à lire, le moment où la continence sera acquise, est, selon mon humble avis, la meilleure chose qu’un parent puisse offrir à sa progéniture.

Vient avec ce respect, la bienveillance, la non-violence, la simplification de notre vie à tou-te-s dans la famille, ralentir notre rythme de vie, mieux choisir nos priorités, encore plus profiter de chaque instant au quotidien, et être au premier rang pour tout ce qui concerne les grandes et les petites étapes que nos enfants vont franchir en grandissant. Ce qui pour moi, n’a tout simplement pas de prix!

Dans cette optique de bienveillance, de respect, d’ouverture et de pédagogie positive, une amie à moi, Cinthia Labillois, a mis sur pied un congrès web absolument merveilleux, qui approfondit chacun de ces aspects de l’enfance et de la vie de parent.

Si les pédagogies alternatives vous intéressent, de près ou de loin, je vous invite à approfondir vos connaissances, sinon votre motivation, à ce sujet. Vous y ferez un saut dans le monde des familles qui éduquent autrement, pour le plus grand bien des enfants (et aussi celui des grands!).

Des conférencier-ère-s tou-te-s plus intéressant-e-s et qualifié-e-s les un-e-s que les autres vous attendent pour  » Repenser l’éducation » sur le site de Bonheur assumé.

Je vous souhaite de merveilleuses découvertes!

29186646_2132335460321020_3361825607301201920_n

 

Je m’aime, tu t’aimes, iel s’aime, …

Tous les soirs depuis des années, on lit. En famille. Des fois juste avec les deux plus jeunes, et d’autres fois, tout le monde écoute. Des fois c’est pas moi qui lis, c’est Mr. Bonheur, mon fils de 10 ans, ou encore mon chum. Mais on lit. Tous.les.soirs.

Non, j’exagère pas. Oui on aime vraiment ça. Non je lis pas quand j’ai la gastro ou que je fais 40 de fièvre. Oui, j’appelle ma bibliothécaire par son prénom parce que non, j’achète pas tous les livres qu’on lit. Je fais plutôt des suggestions d’achat directement à la bibliothécaire en fait!

Je lisais déjà à ma fille quand elle était encore fille unique, de sa naissance à celle de son frère il y a plus de 13 ans (elle en a 22 aujourd’hui). Et j’ai juste jamais arrêté. Je considère que les avantages à faire la lecture en famille sont si nombreux, que j’ai aucune raison de pas le faire. Et, je me répète, mais on aime VRAIMENT ça! Les enfants attendent et demandent ce moment chaque soir. En plus, on se cultive gratuitement! 😉 Quoi demander de plus!?

Et donc en lien avec ça, il y a un livre dont je veux vous parler, parce que je pense que tout le monde devrait le lire. Je pense surtout, que chaque enfant devrait le connaître. De tous les livres que nous avons lu, seuls quelques privilégiés ont été relus plus d’une fois, et parmi ceux-là, un en particulier a été un véritable coup de coeur et pour moi et pour les enfants. Nous l’avons lu tant de fois, que mon petit viking de 4 ans le récite par coeur, et que certaines pages ont dû être réparées à coups de papier collant (Oups! héhé!). 

Il s’agit de « Moi, je m’aime!« , offert chez Scholastic. (Malheureusement, le titre est épuisé chez l’éditeur, mais je vous invite à l’emprunter à la bibliothèque de votre ville!)

29176791_10156051921506702_1438750508708790272_n

Véritable bijou de l’estime de soi, il a su me faire autant de bien à moi qu’aux enfants. Son rythme, sa poésie et ses textes simples et évocateurs sont parlants autant pour « l’enfant en soi » du parent (qui a parfois besoin d’un petit coup de pouce, soyons humbles et honnêtes), que pour les enfants, qui sont en pleine construction de leur estime personnelle.

29216991_10156051921651702_1591808093572825088_n

Alliant confiance, estime et déconstruction des genres, le tout en douceur et en rythme, nous avons beaucoup aimé ce petit personnage auquel mon fils s’associe instantanément. L’héroïne n’étant pas nommée par son prénom, ce qui pourrait passer pour une robe et un legging pour certains, a été perçu comme un chandail et un pantalon pour mon fils. Elle danse, joue au super-héros, s’aime physiquement et intérieurement, joue dans la fontaine et ne se préoccupe pas de sa coupe de cheveux quand elle se lève le matin! On adore cette représentation non genrée de l’enfant, empreinte de confiance et d’indépendance. 

29133381_10156051921936702_1782980721460117504_n

L’estime personnelle est un sujet largement discuté, chez les familles comme chez les « professionnels de l’enfance ». Mais c’est aussi un sujet largement manipulé, et donc, un peu « bardassé », si vous me passez l’expression. 

Les manuels de bonheur, de listes infinies de choses à dire et à faire pour FAVORISER l’estime personnelle des enfants, ne sont pas trop ma tasse de thé. Je préfère, et de loin!, des albums simples, qui portent le sujet de façon compréhensible, empathique et réaliste, sans tomber dans le « dire quoi faire », de certains ouvrages complexes qui semblent plus culpabiliser les parents sur tout ce qu’ils n’offrent pas à leurs enfants, plutôt que de simplement leur permettre de vivre ce qui est le plus important aux yeux de leurs enfants, c’est-à-dire: un moment précieux avec leurs parents. 

Raconter des histoires fait partie de ces petits choses simples de la vie, faciles à mettre à n’importe quel horaire familial, qui font du bien à tout le monde, et qui permettent de vivre une expérience qui, à elle seule, enverra le message aux enfants qu’ils sont aimés et valorisés. Rien de plus simple, accessible, facile et gratuit, pour favoriser l’estime de soi, la nôtre comme celle des enfants. Parce que, qu’on se le dise, en tant que parents, socialement, on porte trop souvent le poids de ce qu’on se fait reprocher d’échouer envers nos enfants… Un poids difficile à porter et à guérir pour l’estime personnelle de tout un chacun. 

29187095_10156052025321702_3441749300797767680_n

Ajouter dans notre routine du soir un livre, une histoire qui dure quelques minutes, un moment chaleureux, est un moyen simple, sûr et efficace de rythmer les journées et de passer un moment de qualité avec nos enfants. Et qui sera doublement efficace si on leur lit une petite douceur telle que « Moi, je m’aime! » ❤

Mes enfants et moi vous le recommandons chaudement! Bonne lecture!