Apprentissages en famille!

Dans le cadre du défi « 30 jours d’apprentissages en famille », je présenterai, tout ce mois-ci, du 1er au 30 inclusivement, une photo par jour, sur notre compte Instagram , sur ce que mes petits vikings vivent et apprennent à la maison au quotidien.

Je suis vraiment contente de participer à ce petit défi photo, parce qu’en ce moment, ça bouge beaucoup politiquement parlant, pour tout ce qui touche à l’éducation à domicile au Québec. Je voudrais essayer de bien vous résumer la situation. Il y a vraiment beaucoup de points importants. Mais je vais tenter d’en faire le tour le plus simplement possible.

Donc, selon la loi qui était en vigueur jusqu’à il y a quelques jours, ainsi que selon la Déclaration universelle des droits de l’Homme,  les parents ont, par priorité, le droit de choisir le genre d’éducation à donner à leurs enfants. Cette valeur ne change pas dans la charte, ni dans la loi.

Ce qui change, ce sont toutes les notions encadrant ce droit. La liberté rapetisse de plus en plus, le nombre de règles obligatoires et strictes à suivre augmente, la liberté de choix n’existe déjà plus vraiment. On a le droit de faire l’éducation à domicile, mais selon les normes du ministère de l’éducation, à leur façon, selon leur cadre. De plus en plus. Ce qui n’est pas une bonne chose pour un très grand nombre d’enfants.

Il faut savoir que le nombre de parents qui choisissent de faire les apprentissages en famille ne le font pas tous pour les mêmes raisons. Mais ce qui les relie tous les uns aux autres, profondément, véritablement et indéniablement, c’est l’enfant. LES enfants. LEUR-S enfant-s. Le bien-être et le respect de ceux-ci. La dimension humaine est respectée et valorisée au plus haut point.

Une grande majorité d’enfants ne fonctionnent tout simplement pas dans le système actuel. Et cela sans parler de toutes les défaillances du système lui-même et de tous ses échecs monumentaux. Tous les parents vous diront à peu près la même chose, qu’ils fassent l’école à la maison ou non: c’est difficile les horaires avec l’école. Les parents qui travaillent courent le matin (et donc les enfants aussi), ne savent plus comment optimiser le temps dans leurs soirées entre les temps libres insuffisants et les cours de tout un chacun, ne voient pas leurs enfants assez à leur goût; d’autres encore voient leurs enfants vivre une anxiété généralisée quotidienne, faire des burn out, cesser de manger, tomber malades régulièrement, être forcés de prendre de la médication, avoir BESOIN de médication; d’autres se mettent à faire des bêtises et des bêtises parce qu’ils sont plus en avance que les autres sur certains apprentissages et donc s’ennuient en classe; d’autres encore ont tant de difficulté à fonctionner selon le rythme d’une classe de 25 enfants où TOUS doivent avoir appris les MÊMES notions en MÊME temps, qu’ils prennent un retard monstre sur les autres enfants de la classe, et vivent les échecs, les mauvaises notes, les pages bariolées de crayon rouge des corrections et des mauvaises réponses, des devoirs à refaire, des papiers à faire signer par les parents encore et encore, les mauvaises notes au bulletin, etc., comme une humiliation, comme une diminution de leur qualité en tant que personne, comme une marque de leur stupidité et de leur incapacité à être EXACTEMENT pareil aux autres.

Il faut aussi savoir que bon nombre de parents qui ont choisi de faire l’école-maison ne l’avaient tout simplement pas choisi avant de pratiquement se le faire imposer. Si certains ont intégré cette façon de vivre très tôt dans leur réflexion sur la famille, d’autres n’avaient même jamais envisagé cette option, ne sachant souvent même pas que cela existait, et n’ont eu d’autre choix que de sortir leur enfant de l’école, souvent très rapidement, et souvent pour une question de sécurité.

Que le ministère de l’éducation resserre donc l’étau autour des possibilités que les gens avaient pour réussir à éduquer leurs enfants dans un milieu autre que celui scolaire, avec des méthodes autres que celles proposées par l’école, n’est donc pas une excellente nouvelle en soi.

Les conséquences de ces restrictions ne tarderont pas à se faire voir à mon avis. Et malgré qu’il puisse y avoir des points positifs qui ressortiront certainement de ces nouvelles législations et amendements, je crains des vagues de conséquences négatives. L’avenir saura nous le dire.

Bref, faire l’école à la maison, c’est tout un contrat, mais c’est un beau contrat!

Parce que c’est pour le mieux. Uniquement pour le mieux. Le mieux-être de l’enfant, un horaire mieux adapté, un mental en meilleure santé, des apprentissages qui sont mieux vécus, qui sont mieux intégrés; des moments de socialisation qui sont plus fréquents, mieux choisis, plus forts aussi; du support mieux adapté, autant pour le parent que pour l’enfant. Tout cela malgré le manque d’accès à certaines ressources pour les enfants vivant de plus grandes difficultés.

Et donc dans ce contexte de choix, de liberté et d’apprentissage, dans le but de vous faire connaître ce que peut être l’instruction en famille, je vous propose de me suivre ainsi que toutes les autres familles qui participent au défi sous les hashtags #30joursAEF ou encore #30joursunschooling .

Vous pourrez nous retrouver sur Instagram, tel que mentionné plus haut, ici même sur le blogue, ainsi que sur ma page facebook .

Si vous souhaitez soutenir les apprentissages en famille et la liberté de choix sur l’éducation au Québec, je vous invite à devenir membre de notre association, l’AQED , qui est l’Association d’éducation à domicile du Québec. Votre contribution fera la différence!

Bienvenue dans notre univers! 🙂

23163545_10155699298701702_1772277592_n

 

 

Petit bujo deviendra grand!

On parle de bujo! Bullet journal pour les non initiés! 🙂 J’ai à peine de temps pour écrire alors on se la joue rapido, ça vous va?! On m’a demandé plus d’infos sur mon nouveau bujo, alors les voici. 🙂

J’ai fait un post Instagram dernièrement au sujet de mon bujo. Mon caption était: « Bujoing suddenly got to a whole new level! » Et en fait, long story short, c’est que je viens de changer mon set up de bujo et que je suis rendue à utiliser un cartable entier.

Pour ne pas expliquer ce qu’est un bullet journal, je vais simplement mettre un lien ici sur ce qu’est la base du bullet journaling, et un autre lien ici, sur ce que beaucoup de gens font, comme type de bujo. À chacun ses goûts, à chaque bujo sa fonction. Soyons inclusif-ve-s! ❤

Déjà je dois vous dire que j’étais pas « petits dessins » et calligraphie d’artiste. Pas que j’aime pas le genre, mais j’ai tout simplement pas le temps de faire ça. Avec 5 enfants, j’ai simplement choisi de mettre mes priorités sur autre chose que les petits dessins…

Bon, cela étant dit, j’ai changé de bujo souvent. De format de cahier, d’épaisseur de cahier, de type de reliure, j’ai fait des retours à des agendas achetés tout faits, des planners, des cahiers lignés, de pages blanches, etc. Mon dernier bujo en liste était un bujo totalement DIY, fabriqué à partir d’un petit cartable acheté au comptoir familial pour 2$ et quelques feuilles de scrapbooking que j’avais. Je l’aimais vraiment beaucoup. Mais c’était vraiment trop petit. Depuis des années je me battais contre moi-même pour conserver ce qui ressemblait le plus à un format A5, pour que ça rentre dans mon sac ou dans mon sac à dos. Mais, je le répète, c’était vraiment trop petit.

Fack j’ai décidé d’y aller « all-in » comme on dit!

Sans regarder sur Pinterest qui, soit dit en passant, est une véritable mine d’or pour tous les amoureux-ses de bujos, j’ai juste suivi mon instinct et ce que je savais qui allait fonctionner pour moi en terme de matériel. Après autant d’années à essayer de faire comme les autres pis à te planter chaque fois, tu finis par te connaître, te comprendre pis t’accepter un peu mieux! 😉 ❤ J’ai donc sorti un gros cartable 3 pouces, toutes les fournitures scolaires que j’avais d’over pis j’ai ouvert un paquet de 500 feuilles blanches, neuf! Et voilà! J’étais settée, tout pouvait arriver! 😀

J’ai séparé mon cartable avec des sections principales et des sous-sections. J’ai donc un onglet « Rythme », un onglet « Santé », « Journal », « Homeschooling », « Budget », « Listes », « Blogue », « Survie », « Ateliers » et « Homesteading ». Ce sont mes sections principales. J’ai aussi un autre cahier à part, uniquement pour le jardinage. Mais ça ce sera pour un autre article! 🙂

Ces sections contiennent d’autres séparateurs qui divisent, par exemple, la section « Homeschooling » en: « Planif », « Matériel », « Projets », « Objectifs », « Contacts », « Sorties et activités » et en mois de l’année. J’y ai aussi inséré des pochettes protectrices pour transférer des trucs comme des dépliants promotionnels des sorties qu’on fait.

Ma section « Budget » est elle aussi re-séparée en sous-sections. J’ai donc: « Revenus et dépenses », « Listes d’épicerie », « Recettes favorites », « Menus », « Prix items » (prix au kg ou au 100g vu qu’on achète beaucoup en vrac), « Restos », « Prix activités » et « Rabais, cartes et promos ».

Bon, je décrirai pas tout le cartable, mais ça donne une bonne idée de mon fonctionnement global.

Dans la section « Rythme », j’ai, évidemment, un calendrier annuel, un mensuel, et des pages quotidiennes.

J’ai des trackers pour mes réseaux sociaux, pour le suivi de croissance des enfants, des listes des fêtes annuelles, mes objectifs personnels et professionnels, les numéros qui manquent dans nos collections de livres, les rendez-vous de tous les membres de la famille, des inventaires, des idées d’articles à écrire, des affirmations positives, les listes de tâches saisonnières, mensuelles, hebdomadaires et quotidiennes, etc.

J’ai tout là-dedans. Vraiment tout! Mais je le répète, on est loin des cahiers d’artistes joliment décorés, parfaitement propres et soignés! Mon cartable me suit partout. Du comptoir de cuisine à l’ordi du salon, de la voiture à l’épicerie en passant par la table de la salle à dîner et le parc pendant que les enfants jouent. On y retrouve des traces de chocolat, des empreintes de doigts en peinture de mes petits vikings, des ronds de tasse de café, des gouttes de jus, des poils de chats, etc. Parce que c’est ça la vraie vie ici, c’est ça la réalité d’une famille nombreuse. Il y a longtemps que j’ai accepté de devoir avoir des choses solides, durables et souvent moins jolies, pour résister aux élans de vie et de passion qui emportent mes enfants si souvent! 😉

Bref, ce genre de cartable existe sous le nom de home management binder. Il y en a des exemples ici .

Le mien est un hybride entre un bullet journal et un de ces binders je dirais.

J’ai fait mes templates généraux, je les ai scannés, et je les imprime au besoin. J’utilise des étampes et des autocollants quand je veux décorer un peu. 🙂

Voilà, c’est tout le temps que j’avais pour le petit bujo devenu grand! 🙂

Je vous mets quelques photos, pour le plaisir! 😉

22414308_10155643051486702_691881130_n22414296_10155643051351702_1885225156_n.jpg1

 

22407488_10155643051356702_1658164936_n22386442_10155643051361702_2071313591_n