Poésie partagée.

Malgré que j’en ai moi-même beaucoup lu dans ma vie, je n’en ai jamais beaucoup lu à mes enfants. Quelques textes par-ci par-là, mais sans plus. Elle était lentement tombée dans un oubli involontaire, mais facile…

L’année dernière, nous avons fait le choix d’éduquer les plus jeunes à la maison, et très vite, le genre et la qualité des lectures que je leur faisais ont été remis en question.

La poésie (et bien d’autres choses aussi), a donc repris la place qui lui était due dans nos lectures familiales.

Cette année, nous lui accorderons une place encore plus prédominante, en en lisant tous les jours. 

En fouillant pour faire mes choix de textes et d’auteur.e.s pour l’automne, je suis retombé.e sur ce texte de Jacques Prévert: « Le cancre ».

Ce poème sied en tous points à la réalité de beaucoup d’enfants qui se retrouvent à vivre les apprentissages en famille parce que le « SYSTÈME » les fait sentir inadéquats, n’arrive en rien à s’adapter à elleux, les rejette, les méprise…  Alors qu’en fait, ces enfants n’ont rien de cancres, mais bien au contraire, ont de larges ailes au coeur, et ne peuvent se permettre de vivre dans des cages faussement dorées.

Je vous le partage donc, dans le but qu’il vous rassure sur la Nature de vos enfants sauvagement heureux, férocement anti-boîtes scolaires, naturellement enfantins, et joyeusement libres, si toutefois cet état de ne pas convenir au système scolaire vous inquiétait un tant soit peu… Ils n’ont besoin que de votre Amour, et d’un bout de ciel pour voler heureu.x.ses… et Libres.

 

LE CANCRE

Il dit non avec la tête

mais il dit oui avec le coeur

il dit oui à ce qu’il aime

il dit non au professeur

il est debout

on le questionne

et tous les problèmes sont posés

soudain le fou rire le prend

et il efface tout

les chiffres et les mots

les dates et les noms

les phrases et les pièges

et malgré les menaces du maître

sous les huées des enfants prodiges

avec des craies de toutes les couleurs

sur le tableau noir du malheur

il dessine le visage du bonheur

Jacques Prévert

-Paroles.

animal-20439_960_720

 

 

 

 

 

Repenser l’éducation.(sic)

citation-education-positive

Qu’on parle d’éducation académique ou d’éducation sociale, dans les deux cas, on semble être dans une ère de changement. Ce qui n’est pas pour me déplaire!

Par rapport à l’éducation académique, le système scolaire semble de plus en plus s’effondrer sur lui-même depuis plusieurs années déjà. En effet, plus le temps passe, et plus on s’enfonce dans des besoins de plus en plus criants, auxquels on trouve et on offre de moins en moins de réponses et de services.  Nous connaissons tou-te-s, directement ou indirectement, une histoire d’horreur reliée aux failles du système, malheureusement.

Ensuite, par rapport à l’éducation civique, sociale, familiale, les anciennes méthodes éducatives sont en perte de vitesse aussi. Qu’on pense à la fessée, à la ceinture, à mettre au coin, priver de manger, enfermer dans une chambre, etc, toutes ces méthodes passent l’arme à gauche un peu plus chaque jour. Ce qui est une excellente nouvelle!

Étant une famille de « homeschoolers », prônant la bienveillance et la pédagogie positive, tous ces changements viennent non seulement me confirmer que je fais la bonne chose pour ma famille et pour mes enfants, mais aussi, tout ça m’inspire et me motive à poursuivre dans cette belle direction!

De choisir le respect du rythme de l’enfant, que ce soit pour qu’iel se sèvre de l’allaitement, pour l’âge auquel iel commencera à lire, le moment où la continence sera acquise, est, selon mon humble avis, la meilleure chose qu’un parent puisse offrir à sa progéniture.

Vient avec ce respect, la bienveillance, la non-violence, la simplification de notre vie à tou-te-s dans la famille, ralentir notre rythme de vie, mieux choisir nos priorités, encore plus profiter de chaque instant au quotidien, et être au premier rang pour tout ce qui concerne les grandes et les petites étapes que nos enfants vont franchir en grandissant. Ce qui pour moi, n’a tout simplement pas de prix!

Dans cette optique de bienveillance, de respect, d’ouverture et de pédagogie positive, une amie à moi, Cinthia Labillois, a mis sur pied un congrès web absolument merveilleux, qui approfondit chacun de ces aspects de l’enfance et de la vie de parent.

Si les pédagogies alternatives vous intéressent, de près ou de loin, je vous invite à approfondir vos connaissances, sinon votre motivation, à ce sujet. Vous y ferez un saut dans le monde des familles qui éduquent autrement, pour le plus grand bien des enfants (et aussi celui des grands!).

Des conférencier-ère-s tou-te-s plus intéressant-e-s et qualifié-e-s les un-e-s que les autres vous attendent pour  » Repenser l’éducation » sur le site de Bonheur assumé.

Je vous souhaite de merveilleuses découvertes!

29186646_2132335460321020_3361825607301201920_n

 

J4 , Apprentissages en famille!

J4 du défi #30joursaef /#30joursunschooling . S’ #amuser à #compter des parts de gâteau, devenues des petits bateaux… ☺️ Ne pas forcer les apprentissages rend les enfants disposés à apprendre à leur #rythme. 

Le jeu pour les enfants, on le sait, c’est sérieux!

Et ce n’est pas peu dire! J’ai pour mon dire que de forcer le cerveau d’un enfant à apprendre quelque-chose à un moment où les connexions nécessaires ne se sont pas encore faites, c’est comme de forcer un téléphone à faire un appel sans qu’il n’y ait de ligne fonctionnelle dessus!

Alors que si on les laisse jouer, ils apprennent des tonnes de choses qui sont considérées comme tout sauf des apprentissages, parce que ça devient logique et pertinent que cette constatation se fasse à ce moment-là, dans ce contexte-là… Je vous donne un exemple. Les enfants jouent avec des legos. Une petite moto, et un petit bonhomme. Le bonhomme n’a pas sa tête, et mon petit coco de 2 ans se met à la recherche d’une tête dans le grooooos bac rempli de pièces. Déjà là, on a un apprentissage. Débrouillardise, chercher pour avoir ce qu’il veut sans se mettre à pleurer de découragement soudain, ni en demandant l’aide de maman, malgré que je sois près d’eux pour surveiller que des petites pièces ne se retrouvent pas dans la bouche du petit. Chercher, donc. La patience devient nécessaire, parce qu’il est vraiment gros notre bac de legos. Il trouve une tête. REWARD! Il est super content! Satisfaction, récompense de sa patience et de sa persévérance. Gratification, et connexion dans le cerveau de: travail et patience = satisfaction, résultat, gratification et FIERTÉ! Il essaie ensuite de mettre la tête du bonhomme sur le corps du motocycliste. Autre apprentissage: motricité fine 400 à l’heure! Jusqu’à maintenant, c’était moi qui mettais les petites têtes sur les petits corps. Apparemment, je viens de perdre ma job… Donc motricité fine et patience encore une fois. Si vous manipulez encore des legos, vous saurez qu’il y a deux trous sur les têtes. Un plus gros pour les insérer sur les corps, et un plus petit pour y faire tenir différents chapeaux. Après 2 grosses minutes, il a compris qu’il essayait d’enfiler la tête sur le mauvais côté. Il l’a retournée… Le cerveau fait encore des connexions importantes! La logique, l’observation, la réflexion dans la recherche de solution, etc. Il a fini par se lever d’un bond pour aller faire rouler sa moto dans le salon. La fierté et la joie paraissaient dans son regard! Si j’avais, il y a quelques semaines, tenté de forcer ses petites mains et ses yeux et son cerveau à apprendre à mettre une petite tête de lego sur un corps, on aurait eu un méga fiasco violent, des pleurs, de l’acharnement, un sentiment d’échec et d’impuissance généralisé! Ça aurait pas marché. Pas une seule seconde.

Ce matin, mon petit viking de presque 4 ans jouait avec les parts de gâteau de bois. En changeant son jeu de minute en minute, sans l’intervention de qui que ce soit, les parts de gâteau sont devenues des bateaux… puis il les a alignées. Puis il s’est mis à les compter, en me disant qu’il en manquait ! Il ne sait pas compter. Techniquement. 😉 Mais il a compris qu’il y a 6 parts sur le gâteau et qu’il n’en avait que 4 entre ses mains… Mathématiques instinctifs, calcul, logique, soustractions, additions… Et en partant à la recherche des autres morceaux, son jeu a changé complètement! 🙂

C’est la magie. la magie de la spontanéité de l’enfance. La magie des APPRENTISSAGES spontanés. Qui se font pratiquement tout seuls, au bon endroit, au bon moment.

Je ne forcerai jamais des apprentissages chez mes enfants. Ni pour la continence, ni pour les maths, ni pour le chimie. Si leur petite voix intérieure, leur instinct, leurs intérêts, la direction de leur réflexion, ou n’importe quoi d’intime à eux, les porte dans une direction plutôt qu’une autre, alors ce sera cette direction qui sera observée. De toute façon, qu’on y porte attention ou non, le soleil se lève et se couche tous les jours… Tout comme les apprentissages se font… qu’on les fasse consciemment ou non. ❤

Jour 4 des apprentissages en famille. Aujourd’hui, nous, on joue! 😉

Vous pouvez nous suivre dans notre quotidien de ce défi photo pour la diversité des apprentissages en famille, sur notre compte Instagram , sur le blog ici-même, ou encore sur la page Fecebook de Mille étoiles. Au plaisir de vous y retrouver!

23283096_10155705980686702_1836127596_n