Jus de légumes maison.

23558892-Automne-corne-d-abondance-corne-d-abondance-de-fruits-et-de-l-gumes-Vecteur-Banque-d'images

Voilà. L’été tire à sa fin. Les jardins débordent littéralement de ce qu’on a regardé pousser doucement durant 3 mois, des fois plus.

Pour ne pas perdre une once de cette abondance (mis à part le fait de partager les fruits de nos récoltes avec nos amis et nos familles), il n’y a rien de mieux que la déshydratation des aliments, leur congélation et la mise en conserves pour nous donner un goût d’été tout l’hiver durant! 🙂

Le savoir se passant parfois d’une génération à l’autre et parfois pas, il serait facile, dans les deux cas, de faire des erreurs dans la méthode sécuritaire de mise en conserve.

Ma mère, en me partageant sa recette du meilleur jus de légumes au monde (recette qu’elle tenait de sa belle-mère, qui elle la tenait de sa mère, qui la tenait de… bref, voyez le tableau), m’a aussi transmis sa méthode de mise en conserve pour ladite recette. Après quelques recherches (et quelques erreurs aussi, je dois l’admettre), j’ai appris que les méthodes ancestrales n’avaient pas nécessairement bonne presse et qu’elles pouvaient même (et surtout) s’avérer dangereuses pour la santé.

En effet, nos mères et les leurs avaient souvent pour méthode de stérilisation de mettre les pots de verre au four. Ce qui n’est malheureusement pas suffisant pour stériliser des pots. Aussi, malgré que l’autoclave (gros chaudron avec un indicateur de pression) ait été breveté en 1820, il est malheureusement encore fréquent de se faire dire que toutes les recettes de conserves peuvent n’être cuites qu’à la marmite et que ce sera suffisant. Or, c’est loin d’être le cas. Le Ph d’une recette permet en fait de déterminer si nous devrons passer les pots à la marmite ou à l’autoclave après la mise en pots. Des bactéries telles que le botulisme (truc mortel, on joue pas avec la santé comme ça!) pouvant facilement se développer dans les pots si la stérilisation n’a pas été faite de façon adéquate, il est impératif de connaître les bonnes méthodes de stérilisation et de cuisson pour préserver notre propre santé et celle de nos proches.  Les sites de Vincent le canneux et de Bernardin sont deux des meilleures références à ce sujet, en plus de contenir d’innombrables recettes. Je vous conseille aussi deux groupes facebook gérés par de véritables pros de la mise en conserve sécuritaire. Le premier est ici et le second, ici. Avec tout ça, vous pouvez être certain-e de n’empoisonner personne! Je sais, vous me direz que vous avez toujours fait comme ça, ou comme ça, que votre mère aussi et ainsi de suite et que personne n’en est jamais mort. Je vous répondrai seulement que tout ce qui vient d’avant nous n’a pas toujours forcément été bon (même si en général on aime bien les petits trucs de nos grands-mères! ) et qu’il serait aussi stupide d’attendre que quelqu’un contracte le botulisme pour enfin changer sa façon de faire des conserves…

Bref, je vous partage donc aujourd’hui la recette (revisitée, testée et approuvée) du meilleur jus de légumes au monde! Fini les V8 au prix exorbitant qui goûtent le métal! Ce jus est un pur délice! En voici donc la recette. À go, on canne! GO! 😀

Vous aurez besoin de:

  • 1 caisse de tomates de 20-22 lbs
  • 2 petits poireaux
  • 4 branches de céleri
  • 5-6 carottes
  • 2 oignons blancs
  • 1/2 poivron vert
  • 2 grosses gousses d’ail
  • 1/4 t de sel
  • 1 tasse de sucre
  • jus de citron en bouteille

Pour stériliser vos pots avant, voici la méthode.

La veille, passez tous les légumes (sauf les tomates) au robot pour en faire presque de la purée. Couvrez, et mettez au frigo pour la nuit. Lavez vos tomates aussi.

Le lendemain, écoeurez les tomates et coupez-les en 6-8 ou 10 morceaux, en prenant soin d’enlever les parties meurtries.

Mettez quelques tomates et une partie des légumes hachés, dans une grande rôtissoire ou un grand chaudron en écrasant les tomates avec un pilon à patates. Portez à ébullition. Il faut que les tomates soient immédiatement et constamment en ébullition pour éviter que le jus se sépare. Ajoutez quelques tomates à la fois et une partie des légumes pour ne pas stopper l’ébullition. Ajoutez le sel et le sucre. Attention à ne pas faire coller le fond. Mijoter environ 5 minutes après le dernier ajout de tomates.

Passez le tout dans une presse à tomates. (Moi je repasse les restes une deuxième fois, à vous de voir.) Récupérez le jus.

Reportez le jus à ébullition.

Ajouter 1 c. à soupe de jus de citron par pot de 500 ml. 2 c. à s. pour des pots d’1 L.

Empotez chaud en laissant 1/2 pouce d’espace sous le goulot. Pour s’assurer de laisser le bon espace, voyez ceci. Éliminez les bulles d’air avec une spatule ou un bâton de plastique. Essuyez le rebord de vos pots et placez un couvercle que vous aurez gardé dans un chaudron d’eau bien chaude avec les bagues. Vissez la bague jusqu’au point de résistance sans forcer plus. Replacez le pot dans la marmite, recouvrez d’eau et faites bouillir 35 minutes si vous faîtes des pots de 500 ml, 40 minutes pour des pots d’1 L.

Lorsque le temps est terminé, laissez le bouillonnement s’arrêter, déposez les pots sur une planche de bois ou un linge et laissez refroidir durant 24 hrs sans bouger les pots. Vous pouvez ensuite retirer les bagues si vos pots sont bien scellés. Identifiez les pots avec la date, et rangez!

Voilà! Un jus de légumes qui goûtera frais l’été, tout au long de l’hiver! 😉

14193727_958368177618404_99526730_n

 

 

 

 

 

Baume à lèvres maison.

Mon petit M. Bonheur (qui aura 8 ans dans quelques semaines) souffre de nombreux stress et d’une nervosité grandissante depuis janvier 2015. Un événement majeur a chamboulé notre vie familiale à ce moment et malgré que toute ma petite famille fasse de son mieux pour gérer la situation, personne n’arrive à s’y adapter réellement et tout le monde paye le prix fort… Mais M. Bonheur est le pire d’entre tous je crois bien et M. Bonheur ne file plus du tout le petit bonheur qui lui était si caractéristique. Il est maintenant aux prises avec plusieurs tics nerveux, dont celui de se licher les lèvres à outrance. Voyez:

Canon 657

Mais! Qu’à cela ne tienne! Notre amour pour ce bel enfant étant sans limite, les baumes à lèvres des commerces étant clairement inefficaces et trop chers et notre famille ne reculant devant rien, nous nous sommes attaqués au problème sous un autre angle, à savoir: l’angle du naturel et du fait maison! 🙂

Après quelques recherches aisées et l’aide de sources fiables, il fût décidé que nous ferions nous-mêmes notre baume à lèvres pour guérir ce joli minois! Nous nous sommes donc procurés les quelques ingrédients nécessaires dans un supermarché santé. Nous avons aussi déniché des tubes et des pots neufs à cet effet. (Sachez que nous avons choisi d’acheter nos contenants neufs, mais il est aussi possible de recycler et réutiliser des contenants que vous possédez déjà, cela va de soi!)

Canon 664

Malgré une recette très simple, des ingrédients de qualité et mon expérience en cuisine, je dois avouer que je me sentais nerveuse à l’idée de peut-être rater une quantité appréciable d’or fait maison qui devait littéralement sauver la peau de mon fils par-dessus le marché. J’ai donc choisi de limiter mes quantités, quitte à devoir faire une deuxième recette.

Après quelques minutes de fonte, l’ajout des huiles et autres ingrédients, quelques secondes pour couler le tout dans les tubes et les pots et quelques heures à laisser le tout durcir et refroidir, notre première recette de baume à lèvres maison avait vu le jour et n’attendait que M. Bonheur à son retour de l’école pour être testée sur le principal intéressé!

Canon 670

Verdict: Adopté! Yeeahh! 😀

Comme nous faisions la recette pour la première fois, nous nous sommes fié sur les quantités d’autres recettes maison trouvées sur le net. Mais tout n’était pas parfaitement au point. Notre baume s’est avéré être plutôt solide après le temps de refroidissement et un peu difficile à appliquer. Nous avons compris que nous avions mis trop de cire d’abeille (ingrédient de base de notre recette) et que la proportion aurait dû être égale à celle du beurre de cacao. Nous avons donc modifié les quantités de la recette que nous vous donnons ici, dans ce but. Sachez donc que plus vous mettrez de cire d’abeille, plus le baume sera dur et difficile à étendre sur les lèvres.

Somme toute, l’expérience a vraiment été agréable et enrichissante.

Pour ce qui est de la guérison de mon petit bonhomme, lui qui s’étalait près de la moitié d’un  »lypsil » sur les lèvres des dizaines de fois par jour, n’en a mis que 2 fois entre son heure de dîner et l’heure du dodo. Il est encore trop tôt pour bien évaluer l’efficacité réparatrice du produit, mais il dit en aimer la texture, l’odeur et le fait de ne pas sentir le besoin d’en remettre aux 10 minutes! Ce qui est tout de même une bonne moyenne au bâton! hihi!

Voici donc la recette. Les quantités nommées vous donneront environ de 8 à 10 bâtonnets de baume.

  • 30g de cire d’abeille
  • 30g de beurre de cacao
  • Une dizaine de gouttes de teinture de calendule
  • Une dizaine de gouttes d’huile essentielle de votre choix (attention aux huiles d’orange amère, de citron ou de pamplemousse qui sont photosensibilisantes)
  • 1/2 c à thé de vitamine E.

Dans un bain-marie et à feu moyen-élevé, faites fondre la cire d’abeille et le beurre de cacao. Lorsque tout est fondu, retirez du feu et ajoutez les autres ingrédients. Versez dans les tubes à l’aide d’un petit entonnoir ou d’un contenant à bec verseur. Attention, ça durcit assez vite! Laissez refroidir à température ambiante durant quelques heures et vos baumes-maison-écolos-bios seront prêts à être utilisés!

À votre tour! 🙂

P.S: Ces cosmétiques n’ont pas été testés sur des animaux. 😉

 

Encore une recette!

Et oui! Encore une recette!

Après maintes et maintes tentatives pour trouver une recette de barres tendres qui plaise et à mon budget, et à mes idéaux d’alimentation ET à mes enfants, j’ai enfin trouvé quelque-chose qui pourrait bien s’avérer être ZE recette de barres tendres de ma famille! Hourraaaa!!! Mais bon… Calmos sur l’enthousiasme… Ils n’y ont goûté qu’aujourd’hui… Et y’a rien qui me dit que dans deux semaines ils ne vivront pas de crise hormono-gustativo-cérébrale (payant comme mot au scrabble! 😉 ) qui les fera détester à nouveau tout ce que je vais cuisiner, cette recette y compris! Mais pour l’instant, ça va, et ils en redemandent, alors on en profite! 😉

Voici donc la recette magique et SI SIMPLE de barres tendres (tous mes ingrédients sont bio, sauf le beurre):

  • 2 t de gruau
  • 1 t de graines de tournesol (écalées et non salées)
  • 1 t de raisins secs
  • 3/4 t grains de chocolat noir
  • 1/2 t graines de lin moulues
  • 1/2 t canneberges séchées
  • 1/2 t sucre de canne
  • 3/4 t beurre
  • 1 oeuf
  • 1 pincée de sel.

Tout mélanger dans un cul de poule. Graisser (ou mettre un papier parchemin) sur une plaque à cuisson, étaler, et cuire au four une dizaine de minutes, à 400°.

Les enfants ont A-D-O-R-É!!!

Seul hic, malgré que j’aie attendu que le tout soit vraiment bien refroidi avant de couper pour en faire des barres, ça a plutôt fait de gros morceaux. Ça ne restait pas en barres, mais au moins ça ne se défaisait pas complètement en crumble.

Alors voilà! Une vingtaine de minutes maximum et vous avez une bonne quantité de cette douceur à vous mettre sous la dent. 🙂

Bon appétit!

11006420_10153047859056702_5562851643600259405_n

Pain de campagne.

Alors comme la demande est présente, je vous offre avec plaisir ma recette de base pour faire mon pain.

Avant de vous en donner les ingrédients, sachez que si vous êtes plutôt nouveau(velle) en la matière, que le pain est un aliment légèrement capricieux à cuisiner et que plusieurs éléments peuvent en modifier le goût, la texture, le poids, la croûte, etc. Je suis moi-même assez débutante en la matière, malgré que je pense très bien me débrouiller (les pains partent vraiment vite et on m’en redemande! C’est rassurant! héhé! 😉 ) et que je me sente de plus en plus en confiance avec mes recettes. 🙂

Soyez donc avisés que si vous utilisez une farine plutôt qu’une autre, la consistance de votre pain pourra changer, ainsi que le goût (si vous prenez une farine de blé bio plutôt qu’une farine blanche par exemple). Si vous utilisez de la graisse végétale plutôt que du saindoux, si vous ne respectez pas les temps de levées, si vous pétrissez trop, trop fort, trop peu, tout cela affectera la densité de la pâte et donc l’appréciation au bout du compte… bref, suivez la recette! 😉 N’ayez tout de même aucune crainte à faire des essais et à y ajouter votre touche personnelle! Le meilleur moyen de devenir bon à quelque-chose, c’est en le faisant souvent! (Donc en échouant tout plein de fois et un beau jour, sans qu’on s’y attende, paf! Ça y est! 😉 )

Assurez-vous aussi d’avoir des bols assez grands pour contenir votre pâte quand vous ferez les levées. La pâte doublera de volume et ce serait moche de la ramasser au fond du fourneau avant qu’elle n’ait été cuite. Un  »cul de poule » est, selon moi, le meilleur type de bol pour cette opération. Votre cuillère de bois doit aussi être assez robuste pour endurer un peu de vie! 😉

Bon! Assez de bla bla! Voici ma recette de base pour un bon pain de campagne!

Pour 4 pains, vous aurez besoin de:

  • 2c.thé de sucre (10 ml)
  • 1/2t d’eau tiède (125 ml)
  • 2 sachets de levure active (22 ml)
  • 2t de lait (500 ml)
  • 2t d’eau froide (500 ml)
  • 1/4t de sucre (50 ml)
  • 5c.thé de sel (25 ml)
  • 1/4t de saindoux (50 ml)
  • 12t de farine bio tout usage de La Milanaise (2,75L)

Dissoudre 10 ml de sucre dans l’eau tiède. Saupoudrer la levure sur l’eau et laisser reposer 10 minutes SANS REMUER.

Faire frémir le lait (pour éviter qu’il ne colle au fond de la casserole, passer la casserole sous l’eau bien chaude avant de mettre sur le feu); retirer du feu, ajouter l’eau froide, le sucre, le sel et la graisse; remuer jusqu’à ce que le sucre soit dissous. Laisser tiédir.

Ajouter la levure dissoute et bien mélanger. Ajouter la moitié de la farine et battre vigoureusement à la cuillère de bois jusqu’à ce que le mélange soit lisse et élastique.

Ajoutez suffisamment de farine pour obtenir une pâte molle qui ne colle pas au bol.

Mettre la pâte sur une surface légèrement enfarinée et pétrir jusqu’à ce que la pâte soit satinée et élastique. Cette étape peut prendre de 8 à 10 minutes environ. Vous aurez compris que rendu à cette étape-ci, exit la cuillère de bois et qu’un peu d’huile de coude sera l’outil principal! 😉

Mettre la pâte dans un grand bol tiède graissé et la rouler pour en graisser toute la surface.

Couvrir d’un linge propre. Faire lever au double du volume dans un endroit chaud et humide, environ 1 heure. La pâte gardera alors l’empreinte du doigt.

Baisser la pâte avec le poing. (Mes enfants adorent cette étape! Sais pas pourquoi… 😉 ) Diviser en 4 parties égales ( ou en le nombre de pains que vous souhaitez faire, 12 par exemple si vous voulez de petits pains ronds à sandwiches), et façonner en pains. Mettre dans des moules à pain graissés, couvrir d’un linge trempe (mais essoré… c’est pour que la croûte ne soit pas trop épaisse, sec et cassante) et laisser lever à nouveau durant 45 à 60 minutes dans un endroit chaud et humide.

1511082_10152267190611702_1274681764_n

Cuire dans un four déjà chaud à 400° (un peu moins si votre four fait le con comme le mien…) durant une trentaine de minutes.

1781062_10152299128091702_5694964289709938781_o

Démouler immédiatement sur une grille. Laisser refroidir complètement avant d’envelopper.

Évidemment, il existe des tonnes de variantes à une recette comme celle-ci. Ainsi que des tonnes de méthodes différentes. Cette recette en est une de base. Pratiquez-vous et quand le coeur vous en dira, vous modifierez bien ce qui vous plaira! De la forme de votre pain en passant par la couleur, les possibilités sont innombrables! 🙂

Alors amusez-vous bien et surtout, bon appétit! ❤

Journée de pain :)

Hier était une journée de  »boulange » comme disaient nos grands-parents. Mon grand-père, qui travaillait comme cuisinier dans les camps de bûcherons, pouvait boulanger 100kg de farine en un seul jour!

Ici, dans ma cuisine, ça n’aura été que quelques tasses de la précieuse céréale qui auront été façonnées, mais qui nous auront tout de même donné 8 pains à trancher, 2 belles miches rondes et deux pains aux raisins 🙂 Avec 2 adultes et 4 enfants à nourrir, nous serons chanceux si nous arrivons à tenir 2 semaines! 🙂

Les brioches que j’avais prévu faire ont finalement dû être reportées à une autre fois… avec le bébé de 3 mois, parfois les horaires se font organiser bien différemment de ce que vous aviez prévu au départ… 😉 Voici donc en quelques images ma mini production. Ça sentait encore bon ce matin en me levant… 😉

IMG_1386IMG_1391IMG_1392IMG_1394

Comme plusieurs personnes me l’ont demandé, je vous met un lien vers la recette. Sachez qu’il existe autant de recettes pour faire du pain qu’il existe de types de farine… À vous d’en tester plusieurs et de trouver celle qui vous convient le mieux! Vous noterez que pour celle-ci, il y a trois levées à faire. Certaines méthodes et/ou certaines levures permettent de faire moins de levées et sont donc plus rapides. À vous de choisir. Moi j’aime bien y consacrer ma journée. 😉 Pour avoir ma recette de pain de campagne, cliquez ici  🙂 Bonne aventure et bon appétit! 🙂

Aujourd’hui, ça sentira bon dans ma maison! :)

Ouah!! Super motivée ce matin malgré le peu de sommeil que j’ai eu; bizarre ce que la fatigue peut faire des fois :p et encore plus bizarre que je sois si hyper pour un Lundi! hahaha!! Aujourd’hui, la maison sera parfumée par le doux parfum du pain fait maison. 🙂 6 miches de pain, un pain aux raisins et des brioches, sortiront de mon four plus tard dans la journée; je vous mettrai une photo question de vous mettre l’eau à la bouche un peu! 😉 Je vous souhaite tout plein de bonne énergie et de dynamisme pour votre journée! 🙂