Du pain pour pas cher.

Il y a un moment déjà, j’avais publié la recette de pain que je faisais à l’époque. Très bon pain. Mais j’ai changé de recette. Je voulais vous partager la nouvelle. Et vous dire pourquoi j’en avais changé.

Premièrement, la première recette était plus longue. Celle-ci est plus rapide. Ce qui est un avantage considérable, surtout quand on se dit que comme c’est très long faire du pain, qu’on est aussi bien de payer les quelques dollars qu’il coûte à l’épicerie du coin. Avec cette recette, qui ne prend pas 2 heures, et qui embaumera la maison d’une délicieuse odeur de pain chaud, on aura toutes les raisons de faire notre pain plutôt que de l’acheter au coin! Le temps étant précieux, se donner le luxe de faire son propre pain sans y passer une journée entière est possible et accessible à qui le souhaite.

Deuxièmement, après plus de 15 années à  faire du pain, je peux dire que j’en ai essayé des recettes! Celles du cercle des fermières, de Ricardo, de ma grand-mère, d’anciens livres de recettes… Tout dépendant de quels sont nos critères quand on cherche une recette, on en choisira une qui donnera un goût plus acidulé au pain, une qui demande moins de temps de levée, une qui est facilement modifiable pour faire du pain aux raisins ou au fromage, etc. Celle-ci en est une qui donne un bon pain qui se tient bien, avec une croûte juste assez mince pour ne pas se défaire la mâchoire dessus, avec lequel il est facile de faire un pain à sandwich (par exemple) et elle est facilement modifiable pour en faire d’autres types de pains, comme je disais plus haut.

Troisièmement, les conseils qui l’accompagnent sont pleins de bon sens et aident à comprendre ce qu’il est nécessaire de savoir quand on fait notre pain et à quoi faire attention.

Ensuite, le coût de revient. Cet argument ressort vraiment souvent quand on me demande pour quelles raisons je me casse la tête à faire mon pain. Tout d’abord, je ne me casse pas la tête. Faire mon pain, faire DU pain, est un réel plaisir! Dans la catégorie  »joindre l’utile à l’agréable », c’est probablement ce qui vient en tête de liste je dirais! Mais faisons le calcul un instant: un pain  »régulier » de type villagio ou d’italiano à l’épicerie, coûte entre 3 et 4$ l’unité. Si on parle des emballages en duo, ils sont plus de 5$, ce qui revient tout de même à plus de 2,50$ chaque pain. En faisant mon pain, le prix de la farine, de la graisse, du sucre et de la levure mis ensembles, est de 21$. Avec la quantité d’ingrédients que j’ai, je peux faire 5 recettes de 4 pains, soit 20 pains. Chaque pain me coûte donc environ 1$. L’économie est substantielle quand on pense qu’un pain du marché dure environ 2 jours dans la majorité des familles avec enfants. Si on étire les maths encore un peu, juste pour se faire plaisir, ça reviendrait à dire que pour une seule semaine, il faut une moyenne de 5 à 8 pains par famille. Gardons 5, pour faire un chiffre rond. En achetant à l’épicerie, le  »budget pain » d’une famille serait donc de plus de 15$ par semaine. Pour le même prix, j’ai du pain pour le mois! C’est toute une économie!

Enfin, la qualité des ingrédients. Les listes d’ingrédients épouvantablement longues et trop souvent indéchiffrables des produits d’épicerie font de plus en plus les manchettes et ce n’est malheureusement pas pour leur donner bonne réputation. L’industrialisation, la nécessité de faire du profit pour les entreprises, les temps de conservation de plus en plus longs des produits, nécessitent des  »ingrédients » qui ne poussent ni dans mon jardin, ni dans celui de qui que ce soit, et qui ne se retrouvent pas dans la nature non plus. Sans jouer les granos ou les bio-power, j’aime savoir ce que je mange, et j’aime que ça ait une origine naturelle. Manger du pain dont le blé a été arrosé par je ne sais quel pesticide et insecticide cancérigènes, en plus de tous les agents chimiques ajoutés en guise d’agents de conservation, de la farine blanchie chimiquement pour que le pain ait l’air aussi blanc qu’un traitement de blanchiment du dentiste, doublé du plastique dans lequel on me vend mon pain, tout ça c’est non merci pour moi. La simplicité des ingrédients utilisés à la maison, le fait qu’ils soient tous d’origine naturelle, connue et identifiable, et qu’il soit aussi possible de les choisir bios si on le souhaite, me convainquent de la valeur augmentée de chacun de mes pains, m’assure de leur fraîcheur et de leur qualité, sans oublier le vrai bon goût qu’ils ont qui ne se retrouve jamais dans ce qui est vendu sur les tablettes.

Pour terminer, avant de vous donner cette délicieuse recette et ses judicieux conseils, je tiens à donner le crédit de cette trouvaille à qui de droit. Dans mon cheminement vers l’autosuffisance, j’ai récemment fait la découverte d’un groupe merveilleux, tenu par une femme vraiment inspirante et rassembleuse. Cette recette lui appartient. Marie-Eve travaille vraiment très fort pour partager ses connaissances sur l’autosuffisance, il est donc important que le crédit de son travail lui revienne. Je vous mets donc le lien vers son site internet, Simple Nature, ainsi qu’un de ses groupes facebook, Autosuffisance Québec, qui sont des outils qui m’ont été on ne peut plus utiles et bénéfiques dans ma démarche d’autosuffisance. Je vous invite à aller visiter ses pages si ce mode de vie vous fait de l’oeil.

Voici donc cette nouvelle recette de pain blanc maison, qui fait le bonheur de ma famille depuis plusieurs semaines déjà! * Sachez que la recette se double facilement, et que tous les ingrédients se substituent par des ingrédients bio.

Pour 4 pains, vous aurez besoin de:

  • 1/2 t d’eau tiède
  • 1 c.à thé de sucre
  • 2 1/2 c. à soupe de levure active (granules) ou 2 sachets
  • 4 t d’eau tiède
  • 3 c. à soupe de sucre
  • 3/4 c. à soupe de sel
  • 3 c. à soupe d’huile végétale ou de graisse fondue
  •  environ 10 à 12 t de farine non blanchie.

1- Dans une tasse ou un bol en verre *, mélanger 1/2 t d’eau tiède + 1 c. à thé de sucre +2 1/2 c. à soupe de levure.

2- Laisser agir une bonne quinzaine de minutes (plus si votre levure est plus vieille)

3- Dans un grand cul-de-poule, mettre les 4 t d’eau tiède + 3 c. à soupe de sucre + 3/4 c. soupe de sel + 3 c. à soupe de graisse fondue.

4- Bien mélanger.

5- Ajouter notre mélange de levure activée et mélanger délicatement.

6- Tamiser la farine.

7- Incorporer la farine 1 t. à la fois. ( Il est possible que la quantité de farine soit trop grande, donc allez-y doucement)

8- Quand la pâte veut former une boule, allez vous laver les mains et séchez-les. Enfarinez vos mains et jetez le reste de la farine sur le comptoir.

9- Faites tomber la boule de pâte dans la farine sur le comptoir et finissez le pétrissage à l’ancienne. Arrêtez tout quand votre pâte est élastique et ferme. Elle ne doit pas craquer mais ne doit pas s’affaisser non plus.

10- Nettoyez le cul-de-poule.

11- Huilez ou graissez le cul-de-poule et déposez-y votre pâte pour la première levée.

12- Couvrez d’un linge propre et humide. Rangez dans un endroit chaud sans courants d’air. ** Plus c’est chaud, plus c’est rapide, mais n’excédez pas 35 degrés. la température de levée idéale se situe entre 24 et 30 degrés Celsius.

13- Levée = 20 à 30 minutes.

14- Pendant ce temps, on graisse et on enfarine les moules.

15- Repétrissage et on façonne les pains selon la forme voulue.

16- Mettre dans les moules et huiler ou graisser la surface des pains et les enfariner.

17- Couvrir et faire une deuxième levée jusqu’à ce que les pains aient atteint le double de leur grosseur. Environ 45 minutes, dans un endroit chaud et humide.

18- Une fois le pain doublé, on le cuit à 350 degrés, jusqu’à ce qu’il soit bien doré. Environ 30 minutes. le temps de cuisson dépend aussi de la grosseur de vos pains et du type de moules utilisés. Vous n’êtes pas obligés de préchauffer votre four, surtout si vos pains y étaient installés pour la levée.

Par contre, c’est souhaitable.

19- Une fois cuits, démoulez les pains pendant qu’ils sont chauds. Si vous ne le faîtes pas, il se fera de la condensation dans le fond des moules et le pain sera mouillé, en plus de coller au moule. On ne veut pas ça!

20- Recouvrez d’un linge sec le temps qu’ils refroidissent.

*Le verre est un matériel qui conserve bien la chaleur, c’est la raison pour laquelle je le recommande.

**Un four avec la lumière allumée et un bol d’eau chaude est un milieu idéal pour la levée d’un pain.

Pour ce qui est des conseils et astuces pour réussir son pain à tout coup, Marie-Eve a créé un document à cet effet. Il est ici, sous le nom Pain astuce, méthode, recette fb.pdf.  Je vous invite à y jeter un coup d’oeil.

Encore une fois, je vous souhaite de vous amuser, de développer le goût et l’habitude de faire votre propre main maison, et surtout de vous régaler! Bon appétit! 🙂

img_2918

 

 

 

Jus de légumes maison.

23558892-Automne-corne-d-abondance-corne-d-abondance-de-fruits-et-de-l-gumes-Vecteur-Banque-d'images

Voilà. L’été tire à sa fin. Les jardins débordent littéralement de ce qu’on a regardé pousser doucement durant 3 mois, des fois plus.

Pour ne pas perdre une once de cette abondance (mis à part le fait de partager les fruits de nos récoltes avec nos amis et nos familles), il n’y a rien de mieux que la déshydratation des aliments, leur congélation et la mise en conserves pour nous donner un goût d’été tout l’hiver durant! 🙂

Le savoir se passant parfois d’une génération à l’autre et parfois pas, il serait facile, dans les deux cas, de faire des erreurs dans la méthode sécuritaire de mise en conserve.

Ma mère, en me partageant sa recette du meilleur jus de légumes au monde (recette qu’elle tenait de sa belle-mère, qui elle la tenait de sa mère, qui la tenait de… bref, voyez le tableau), m’a aussi transmis sa méthode de mise en conserve pour ladite recette. Après quelques recherches (et quelques erreurs aussi, je dois l’admettre), j’ai appris que les méthodes ancestrales n’avaient pas nécessairement bonne presse et qu’elles pouvaient même (et surtout) s’avérer dangereuses pour la santé.

En effet, nos mères et les leurs avaient souvent pour méthode de stérilisation de mettre les pots de verre au four. Ce qui n’est malheureusement pas suffisant pour stériliser des pots. Aussi, malgré que l’autoclave (gros chaudron avec un indicateur de pression) ait été breveté en 1820, il est malheureusement encore fréquent de se faire dire que toutes les recettes de conserves peuvent n’être cuites qu’à la marmite et que ce sera suffisant. Or, c’est loin d’être le cas. Le Ph d’une recette permet en fait de déterminer si nous devrons passer les pots à la marmite ou à l’autoclave après la mise en pots. Des bactéries telles que le botulisme (truc mortel, on joue pas avec la santé comme ça!) pouvant facilement se développer dans les pots si la stérilisation n’a pas été faite de façon adéquate, il est impératif de connaître les bonnes méthodes de stérilisation et de cuisson pour préserver notre propre santé et celle de nos proches.  Les sites de Vincent le canneux et de Bernardin sont deux des meilleures références à ce sujet, en plus de contenir d’innombrables recettes. Je vous conseille aussi deux groupes facebook gérés par de véritables pros de la mise en conserve sécuritaire. Le premier est ici et le second, ici. Avec tout ça, vous pouvez être certain-e de n’empoisonner personne! Je sais, vous me direz que vous avez toujours fait comme ça, ou comme ça, que votre mère aussi et ainsi de suite et que personne n’en est jamais mort. Je vous répondrai seulement que tout ce qui vient d’avant nous n’a pas toujours forcément été bon (même si en général on aime bien les petits trucs de nos grands-mères! ) et qu’il serait aussi stupide d’attendre que quelqu’un contracte le botulisme pour enfin changer sa façon de faire des conserves…

Bref, je vous partage donc aujourd’hui la recette (revisitée, testée et approuvée) du meilleur jus de légumes au monde! Fini les V8 au prix exorbitant qui goûtent le métal! Ce jus est un pur délice! En voici donc la recette. À go, on canne! GO! 😀

Vous aurez besoin de:

  • 1 caisse de tomates de 20-22 lbs
  • 2 petits poireaux
  • 4 branches de céleri
  • 5-6 carottes
  • 2 oignons blancs
  • 1/2 poivron vert
  • 2 grosses gousses d’ail
  • 1/4 t de sel
  • 1 tasse de sucre
  • jus de citron en bouteille

Pour stériliser vos pots avant, voici la méthode.

La veille, passez tous les légumes (sauf les tomates) au robot pour en faire presque de la purée. Couvrez, et mettez au frigo pour la nuit. Lavez vos tomates aussi.

Le lendemain, écoeurez les tomates et coupez-les en 6-8 ou 10 morceaux, en prenant soin d’enlever les parties meurtries.

Mettez quelques tomates et une partie des légumes hachés, dans une grande rôtissoire ou un grand chaudron en écrasant les tomates avec un pilon à patates. Portez à ébullition. Il faut que les tomates soient immédiatement et constamment en ébullition pour éviter que le jus se sépare. Ajoutez quelques tomates à la fois et une partie des légumes pour ne pas stopper l’ébullition. Ajoutez le sel et le sucre. Attention à ne pas faire coller le fond. Mijoter environ 5 minutes après le dernier ajout de tomates.

Passez le tout dans une presse à tomates. (Moi je repasse les restes une deuxième fois, à vous de voir.) Récupérez le jus.

Reportez le jus à ébullition.

Ajouter 1 c. à soupe de jus de citron par pot de 500 ml. 2 c. à s. pour des pots d’1 L.

Empotez chaud en laissant 1/2 pouce d’espace sous le goulot. Pour s’assurer de laisser le bon espace, voyez ceci. Éliminez les bulles d’air avec une spatule ou un bâton de plastique. Essuyez le rebord de vos pots et placez un couvercle que vous aurez gardé dans un chaudron d’eau bien chaude avec les bagues. Vissez la bague jusqu’au point de résistance sans forcer plus. Replacez le pot dans la marmite, recouvrez d’eau et faites bouillir 35 minutes si vous faîtes des pots de 500 ml, 40 minutes pour des pots d’1 L.

Lorsque le temps est terminé, laissez le bouillonnement s’arrêter, déposez les pots sur une planche de bois ou un linge et laissez refroidir durant 24 hrs sans bouger les pots. Vous pouvez ensuite retirer les bagues si vos pots sont bien scellés. Identifiez les pots avec la date, et rangez!

Voilà! Un jus de légumes qui goûtera frais l’été, tout au long de l’hiver! 😉

14193727_958368177618404_99526730_n

 

 

 

 

 

Playdate or not playdate?

group-of-hands-321x246

Depuis un bout de temps, je tombe sur une panoplie d’articles qui tournent tous autour du même sujet: les années ’80 et la nostalgie qui semble tous nous gagner quand on y repense.

C’est vrai que moi aussi des fois je me prends à comparer les années de mon enfance avec la vie de mes enfants ou celle des enfants de cette génération-ci en général. Moi aussi je me sens nostalgique de plein d’affaires, pis c’est vrai que la liste de  »me semble que c’était mieux dans le temps » s’allonge souvent longtemps dans ma tête quand je me mets à y réfléchir…

Mais bon! Comme mon grand-père disait: «Après l’heure, c’est pu l’heure!» Fack no need to cry ben ben longtemps, on y reviendra pas en tant que tel aux années ’80, malgré toutes les modes qui resurgissent ici et là.

Le dernier article en liste dans cette série de «nostalgie sociale» était un peu différent et m’a fait me questionner un peu plus, et c’est cette réflexion que je veux exposer.

Il y était question des playdates. Si vous êtes parent, vous savez très certainement de quoi je parle ici. Si non, des playdates sont des rencontres d’enfants, organisées par les parents, pour que les petits puissent jouer et «socialiser». Les parents se mettent un peu copain-copain avec d’autres parents qui ont des enfants dans un range d’âge similaire à celui de leurs enfants, settent une rencontre et BAM! Les enfants jouent (ou du moins, s’assoient un à côté de l’autre jusqu’à ce que la gêne des premiers moments disparaisse puis se mettent à jouer, selon le désir de bonne conscience des parents…) et les parents prennent une tisane ou un café (ou de quoi de plus fort si le burn-out parental est pas loin ou que les problèmes d’argent se pointent le bout du nez trop souvent de ce temps-là! )

Bref, les playdates, c’est vraiment la méthode de «comment se faire des amis» de notre époque. On est drôlement loin de celle des années ’80 qui était de te faire des amis en allant au parc ou pire (!) en jouant dans la rue ou la ruelle de ton coin. Et on est encore plus loin, à mon humble avis, de la célèbre méthode de Dale Carnegie! (Je vous épargne mes réflexions sur les aptitudes à socialiser des enfants, mais vous serez pas épargnés longtemps! Mes réflexions ne me font pas de cadeau ces temps-ci, et je risque de vous utiliser pour ventiler encore. 😉 )

Je me suis donc demandé, après ma lecture, si c’était vraiment comme ça pour tout le monde, pour tous les parents. Dans ma réflexion je me suis repassé que dans les années ’80 y’avait beaucoup plus d’enfants dehors que maintenant, mais maintenant c’est devenu tellement dangereux de te faire kidnapper ta progéniture direct dans sa poussette ou en virant le coin de la rue en bicycle, que les enfants doivent, soit être accompagnés de bodyguards surpayés, de parents aux dents acérées et aux réflexes de ninjas, ou alors porter un GPS sous forme de puce électronique sous-cutanée pour qu’on puisse les retrouver en cas de pépin… Et j’exagère à peine… La culture de la surprotection et de la peur entre dans les maisons à plein écran, difficile de ne pas se laisser affecter. (Pas que j’en sois adepte, mais c’est clairement une phobie sociale. À tort ou à raison, mais là n’est pas la question et c’est un autre sujet.)

Je me suis aussi repassé le temps assis devant la télé ou les jeux vidéos, la fatigue de leurs journées d’école, les horaires archi mongoles des parents ou leur «pas le goût» que leurs enfants aillent dehors-trop-loin-, la peur qu’ils attrapent un coup de soleil s’ils restent pas à l’ombre, qu’ils se noient dans la piscine non clôturée du voisin (ostis de voisins hein!?), qu’ils rencontrent par inadvertance le pusher de 14 ans qui fourni les enfants des clients de ses parents ( 😦 ) ou qu’ils jouent à touche-pipi quelque-part sous une structure de jeux d’un parc, etc, etc. Tout ce qui pourrait bien empêcher un enfant d’aller jouer dehors en 2016, quoi! Et c’est alors que je me suis demandé si les enfants socialisaient VRAIMENT à l’école. Et je me suis dit que s’ils socialisaient tant que ça, comment ça se faisait qu’on loadait (trop souvent) leur horaire avec des «activités parascolaires» (on voit bien ici que juste le terme démontre que tout tourne AUTOUR de l’école et non l’inverse…) et des playdates, justement. Et c’est aussi à ce moment que j’ai mentalement fait la comparaison avec les enfants scolarisés à domicile et la sacro-sainte question de la socialisation dont tout le monde (qui ne connait pas le sujet) parle et dont tout le monde a peur (parce que tsé, si il va pas à l’école OÙ C’EST QUI VA BEN POUVOIR SE FAIRE DES AMI-E-S, pauvre enfant!!!???). Je me suis aussi questionnée sur les critères exigés à chacun socialement, à chaque groupe, et évidemment, à la fameuse règle du «deux poids-deux mesures».

Parce que voici: Si on enlève la tendance parentale post-moderne d’être un «parent hélicoptère» (vive la psycho pop et ses termes de fond de garde-robe…) ou un wonder parent (ou whatever-the-parenting-super-power-over-organising-over-protecting-every-single-shit-our-kids-do), si on enlève ça, donc, on se retrouve avec des enfants qui, en allant à l’école POUR SOCIALISER, ne socialisent pas tant que ça, À L’ÉCOLE. Et inversement, on se retrouve aussi avec des enfants qui, selon le discours populaire, ne socialiseront pas parce qu’ils ne vont pas à l’école, qui, en fait, socialisent souvent plus que les enfants d’école… Voyons voir:

Les enfants commencent leur journée dans la cour de récré où ils passent en moyenne une dizaine, voire une quinzaine de minutes max, après être débarqués de l’autobus dans lequel ils n’ont pas le droit de se retourner pour parler au dude ou à la dudette assis-e derrière (fack fais sûr d’aimer celui ou celle assis dans le même banc que toi! Parce que sinon tu jaseras pas fort sur ton 45 minutes de trajet!) Vient ensuite le temps passé dans les casiers où ils n’ont pas LE TEMPS de parler, parce que t’as les surveillants qui leur poussent-dans-le-derrière-pour-qu’ils-perdent-pas-de-temps-parce qu’il-faut-vite-aller-prendre-son-rang-EN-SILENCE. Tsé, faut quand même respecter l’horaire! Ensuite y’a le temps passé accoté au mur, en rang, en silence, parce que y’en a deux dans le rang qui  »font les pies » et que le ou la prof a décidé de faire poiroter toute la classe pour jouer sur le sentiment de culpabilité des deux criminels du verbe afin qu’ils prennent conscience que mieux vaut écouter la maîtresse et se tenir la langue entre les dents, sinon les copains nous aiment pu…  On a ensuite le moment d’entrée dans la classe. Là, le bordel pogne! Tout le monde fait du bruit avec sa chaise, son sac pis son bureau, fack ça donne le signal que vu qu’y a du bruit, t’as le droit de parler. ( Je nommerais ce moment l’équivalent de la première tasse de café au bureau avant de commencer officiellement ta journée.) Et là t’as la prof qui flash les lumières après avoir essayé 3 fois de dire qu’il fallait faire silence, sans résultat, il va sans dire. Signal fatidique. La prof pète une coche (elle a juste un café dans le corps, on l’excuse) et tout le monde doit gentiment coucher sa tête sur ses bras sur son pupitre et encore attendre que les deux gnoufs du rang arrêtent de rire encore une fois… On réussit tant bien que mal à passer à travers l’heure suivante. Les enfants se font avertir des dizaines de fois de se taire et de pas parler pendant que la maîtresse explique au tableau.  Malheur à celui ou celle qui aura envie de pipi avant la pause-récré aussi. Suit la dite récré. Tout le monde se lâche lousse, se fesse dessus parce que pu capable de contrôler le trop plein d’énergie, se chicane ou shoot le ballon-chasseur trop fort s’a tête du premier de l’autre équipe. Ils se font pogner par la surveillante, et se font traîner dans le «rond de la résolution des conflits» pour régler la chicane, parce qu’on est pas assez outillés en tant qu’adultes pour comprendre que c’est pas par méchanceté mais par overhead de gaz à dépenser qu’ils agissent ainsi. Autre pause et accalmie forcée… On retourne maintenant en classe! (Faut ben aller apprendre de quoi, tsé!) En rang (encore), en silence (encore!). Même manège qu’au matin… Le dîner se pointe, et devinez?! Pas le droit de parler durant le 20 minutes que t’as pour manger, parce que tu pourrais ne pas avoir fini avant que ce soit ton tour d’aller dehors et donc retarder ou ralentir toute la super organisation que l’école s’est forcée à monter pour contrer le fait que y’a trop d’élèves pour la grandeur de la café et qu’il faut donc faire deux groupes de dîner… (et ça c’est sans compter le fait que plusieurs enfants dînent dans la bibli et d’autres dans leur classe respective… bref, un autre sujet aussi…) La récré, ses ballons, ses accrocs et ses chicanes recommence. Mêmes bobos, même rond de fausse réconciliation forcée, same shit, different day. Un autre après-midi se passe dans le calme et en silence dans les classes sauf quand vient le temps de travailler en équipe. Et attention! C’est le prof qui choisi le co-oéquipier, parce que sinon tu pick ton meilleur chum pis tu parleras pas du sujet de recherche mais bien de n’importe quoi d’autre! Alors apprends à travailler avec du monde qu’on t’impose, en chuchotant sur un seul sujet précis, imposé aussi. La trop longue journée finit enfin. Et on retourne se taper un autre 45 minutes de bus, en regardant EN AVANT SVP!  (Pis juste d’avoir écrit tout ça j’en suis tannée, c’est tout dire. :p ) Les enfants retournent enfin chez-eux pour se taper une bonne heure (minimum) de devoirs et d’étude, assis tranquilles sur leur chaise de cuisine, quand ils doivent pas rester tard au service de garde… ( Au moins, là, ils peuvent parler!) Tout ça sans compter les sorties scolaires (qui n’existent plus, soit dit en passant. Et inutile de me parler de budget réduit, je suis consciente de tout ça.) durant lesquelles il est aussi très souvent interdit de parler, dépendant de la sortie.

PATHÉTIQUE! Et d’une tristesse!

Survient la NÉCESSITÉ de faire du sport (surtout que d’une année à l’autre y’a de moins en moins de temps d’éduc à l’école). On inscrit donc les petits loups au soccer, à la danse, à la piscine. Peuvent pas plus parler quand le moniteur explique, mais au moins ils font de quoi d’autre que d’être à l’école, right? Faut se donner bonne conscience de les faire dépenser leur jus un peu! On les laisse pas jouer dehors, tsé!

Et comme ils ont un agenda digne de celui du premier ministre et qu’ils ont (en plus de toutes les excuses raisons pour pas aller jouer dehors énoncées précédemment) pu le temps d’aller jouer dehors et DE SE FAIRE DES AMI-E-S, des ami-e-s qu’ils auront choisi-e-s et avec lesquel-le-s ils auront des points communs et avec qui ils discuteront d’idées, de projets, de plaisirs, de plans-machiavéliques-pour-réussir-à-se-rendre-l’autre-bord-de-la-track-de-trains-en-bicycle-sans-se-faire-pogner-par-les-grands-de-la-gang-de-la-rue-X, ben on organise des playdates pour s’assurer qu’ils socialisent assez… Comme ça, ça fit mieux dans l’horaire surchargé de toute la petite famille…

Et on the other hand, t’as les enfants qui font l’IEF (instruction en famille). Enfants dont tous les intervenants sociaux et scolaires sont soudainement hautement inquiets quant à leur impossibilité de socialiser suffisamment s’ils ne vont pas à l’école. La famille élargie aussi, du jour au lendemain, se préoccupe, en premier lieu, de cet aspect de la vie des enfants. Et c’est souvent le premier argument contre l’IEF en général.

Pourtant, les enfants scolarisés à domicile ont accès à des groupes de soutien qui font des sorties, des activités et ont de nombreuses occasions de s’y rallier. Ils s’y font des VRAI-E-S ami-e-s, avec lesquels les parents organiseront d’autres sorties éducatives et d’agrément, auxquelles les autres familles du groupe de soutien se rallieront elles aussi. Et tout ça ne se fera pas dans un silence coi, il va sans dire! Ils font eux aussi des activités sportives organisées par les municipalités et y fréquentent donc les enfants qui vont à l’école (savez, ces activités où les enfants d’école se font inscrire pour faire autre chose qu’être assis sur un banc d’école? 😉 ) et cela sans compter le temps passé en famille qui est plus grand que pour ceux qui vont à l’école.

Après avoir entendu beaucoup de récits très inquiétants sur l’intervention, les arguments, les jugements de valeur et les pouvoirs pris par les commissions scolaires, les intervenants et les directions des écoles de quartier, la famille élargie et la DPJ, je me demande quels sont les VRAIS critères sur lesquels se base tout ce beau monde pour déterminer si un enfant socialise «bien» et «assez». Si l’intérêt de l’enfant est vraiment le point central de toute intervention. Et de ça, j’en doute, malheureusement. Je dirais que ce principe sert justement plus souvent de façade à un power trip malsain et à l’application de ce fameux deux poids – deux mesures que je mentionnais plus haut. Parce que malgré que les enfants scolarisés en famille aient accès à, et profitent de plus de temps de socialisation réelle que les enfants d’école, l’argument de la socialisation insuffisante ne quitte pas le court paysage de ceux qui se permettent de juger ces mêmes familles. Et malgré qu’inversement on vante l’instruction publique, une observation objective de la situation permet de rapidement constater que le manque de fonds et les méthodes de «contrôle de la foule» appliqués sont loin, non seulement d’arriver à la cheville de ce qui est exigé des familles d’IEF, mais également de répondre aux besoins des enfants eux-mêmes. Et on skip ici le sujet des nombreux diagnostiques de TDA avec ou sans H.

Le but de tout ça est pas de juger péjorativement les parents. Tout le monde fait ce qu’il peut avec ce qu’il a. Et pareil pour les diagnostiques médicaux. Je fais le lien avec le manque d’air frais, le lâcher-lousse et de temps non structuré parce que j’y vois une réelle corrélation; mais je sais très bien que pour certains enfants ce lien n’existe pas malheureusement, et que la médication est on ne peut plus nécessaire.

Je pointe en fait trois choses. La première: ne courez pas vous racheter de câlinours, de pouliches et cessez de vous acheter des camions qui vous font ressembler à vos jouets GI Joe de votre enfance (et qui en plus polluent comme dix!). Tout ça n’est qu’une mode et les années ’80 sont bel et bien révolues! 😉

La deuxième: que la socialisation d’un enfant peut en partie passer par l’intervention de ses parents avec des playdates (on passera pas à côté du post-modernisme et des agendas surchargés non plus), mais qu’elle doit aussi se faire autrement, librement, sans intervention parentale. Livin’ the life! Ya’ know? En s’enfargeant dans les fleurs du tapis pour réussir à parler à un enfant qu’on ne connaît pas, en se faisant revirer de bord des fois, (pas trop souvent, on se le souhaite!), en développant des vraies amitiés qui dureront dans le temps parce que basées sur des ressemblances fondamentales communes (la beauté de l’âme, vous me suivez?).

Et la troisième: qu’il existe bel et bien au sujet des enfants scolarisés à domicile comme sur de trop nombreux autres sujets, une règle non-écrite de deux poids –  deux mesures. Les critères exigés à certains groupes comme étant des normes sociales de base à atteindre pour «convenir», sont souvent largement supérieurs à ce qui est exigé à d’autres groupes plus «privilégiés». Pour n’en nommer que quelques-uns, les standards exigés aux mères sont disproportionnés en comparaison de ce qui est exigé aux pères, pareil pour les gens vivant sous le seuil de la pauvreté à qui il est demandé de «faire leur part» quant aux coupures nécessaires et aux riches qui bénéficient de largesses éhontées pour ne pas payer d’impôt. Vous voyez le portrait. Et le tableau est large, on le sait tous.

Alors l’idée c’est d’avoir conscience de tout ça, pour ne pas se laisser étouffer par des agendas trop chargés trop longtemps, pour ne pas vivre dans le passé sans profiter de ce qu’il y a de beau dans notre époque et pour ne pas être aveuglés par des jugements trop faciles à porter.

Voilà.

J’avais la tête pleine après ma lecture matinale et je devais lâcher du lest un brin. Maintenant que c’est fait, je retourne passer du temps avec mes petites crapules. On va aller socialiser un peu au parc après le dîner. 😉

Bonne journée, et bonne réflexion à vous! 🙂

 

 


 

Nouvelle étape…

Monsieur pamplemousse est notre quatrième enfant. 🙂 Pour les trois premiers, des couches jetables ont été utilisées. Pourquoi? Pour pas se faire ch%$!, pour pas dépenser plein de sous d’un seul coup (tout un mauvais argument quand on y repense…), pour pas de pyjamas mouillés, pour pas 10 brassées de lavage de plus par semaine…

Durant la grossesse, grosses discussions et grandes décisions! Pour Monsieur pamplemousse, virage à 180°. Nous tenions à changer le plus de choses possible pour actualiser nos choix et nos valeurs environnementales. Les couches lavables allaient donc de soi.

Mais le sort nous a fait bifurquer un peu, pour un petit moment.                              M. pamplemousse a dû être hospitalisé durant quelques jours à la naissance, et se faire opérer à deux jours de vie… Difficile épreuve pour un bébé; difficile épreuve pour les parents, difficile épreuve pour nos autres enfants, pour notre petite famille, et pour la famille élargie aussi…

Nous avons donc remis en question le choix des couches de coton. Monsieur pamplemousse devrait recevoir des soins quotidiens à la maison et cet aspect nous a fait mettre de côté l’  »option coton ». Nous avons donc acheté quelques boîtes de couches jetables, non sans en avoir mal au portefeuille et à nos convictions un tout petit peu aussi… Mais nous savions que c’était un choix temporaire. Et c’était mieux pour pamplemousse.

Mais! Les soins sont maintenant pratiquement chose du passé! 🙂 Et les couches jetables aussi, par la même occasion! 😉 Une semaine s’est déjà écoulée depuis le début de cette nouvelle étape: le passage aux couches de coton.

Durant la grossesse, nous avons cherché des couches réutilisables de seconde main. Payer plus de 500$ (sans les taxes) pour un ensemble de départ et quelques autres centaines de dollars par la suite pour une deuxième série de couches plus grandes, ne convenait pas du tout à notre budget, ni à nos convictions. Pourquoi acheter neuf quand on peut avoir quelque-chose de très bon pour bien moins cher?! Alors voilà. Nous avons trouvé une maman qui vendait des dizaines de couches pour une fraction du prix, les seaux de trempage, etc. (D’où le mauvais argument de pas dépenser plein de sous d’un coup…) J’ai tout relavé et séché et nous avons attendu la venue du tout petit! 🙂

Nous avons choisi de commencer l’utilisation des couches lavables en alternance avec les couches jetables, question de s’y acclimater tranquillement. Mais au bout de 3 jours, il ne restait plus du tout de couches jetables.

Bien évidemment, des pour et des contre se sont présentés à nous. Dans les pour, le confort de pamplemousse a été décuplé! Le coton, c’est doux doux doux! 🙂 Aussi, ce n’est pas plus dur de jeter la couche dans le seau de trempage qu’à la poubelle et que dire de notre conscience écologique qui s’en trouvait toute satisfaite! 🙂 Mais dans les contre, le TEMPS de confort de M.pamplemousse a considérablement diminué. En effet, la silice présente dans les couches de papier est évidemment absente dans celles de coton et cette matière qui sert à absorber l’humidité a beau être chimique, elle est drôlement utile 😛 Le nombre de changements de couches a aussi de beaucoup augmenté. Ce qui augmente par la même occasion, la quantité et la fréquence du lavage. Ce dont j’aurais pu me passer, honnêtement. Non seulement pour les couches à laver, mais aussi pour tous les vêtements mouillés parce que le pipi a passé au travers de la couche. Peut-être les couches que nous avons sont-elles moins absorbantes qu’à leurs débuts, puisqu’elles en sont à leur troisième vie (elles avaient servi pour deux autres enfants avant M. pamplemousse), mais le fait est qu’avec l’opération que le petit a eue, avoir les fesses au sec est une obligation. Ce qui nous force à changer les couches à chaque pipi. Et pamplemousse semble ne pas trop s’habituer à être plus mouillé. Remarquez, je le comprends! Toujours est-il que son temps de dodo s’en trouve diminué durant le jour parce que sa couche froide et mouillée le réveille. 😦

Bref, comme dans toute situation, rien n’est parfait.

Mais nous souhaitons tout de même poursuivre. Maman peut très bien s’habituer à faire plus de lavage. Et même s’il y a quelques étapes de plus (vaporiser du détachant sur les couches avant de les mettre dans la machine à laver et préparer une solution de trempage pour les seaux à couches par exemple), ça vaut le coup et ce n’est pas cher payé.

Pour ce qui est du confort de pamplemousse, nous agrandirons sa réserve de pyjamas et nous fabriquerons d’autres insertions de coton pour les couches. Ce qui devrait les rendre un peu plus absorbantes. Nous avions aussi l’option de mettre un par-dessus de plastique, mais nous avons finalement rejeté cette possibilité.

Nous garderons aussi une alternance entre le coton et le papier. Les couches de coton seront utilisées la plus grande partie du temps, et des couches de papier serviront pour la nuit et les dodos d’après-midi entre autres. Peut-être aussi pour les longs trajets en voitures et les sorties particulières qui durent plusieurs heures. Mais leur utilisation sera tout de même très limitée.

Nous croyons avoir trouvé la bonne recette pour combler notre conscience environnementale ainsi que notre réalité d’une famille nombreuse et moderne. 🙂 Comme dans tout, nous croyons que l’idéal est toujours une question d’équilibre.

Alors si l’idée de faire le grand saut vous faisait peur, n’hésitez plus! C’est très possible et réaliste d’utiliser des couches de coton dans un monde moderne et un peu bousculé par le temps! 🙂

DSC_5762

Journée de pain :)

Hier était une journée de  »boulange » comme disaient nos grands-parents. Mon grand-père, qui travaillait comme cuisinier dans les camps de bûcherons, pouvait boulanger 100kg de farine en un seul jour!

Ici, dans ma cuisine, ça n’aura été que quelques tasses de la précieuse céréale qui auront été façonnées, mais qui nous auront tout de même donné 8 pains à trancher, 2 belles miches rondes et deux pains aux raisins 🙂 Avec 2 adultes et 4 enfants à nourrir, nous serons chanceux si nous arrivons à tenir 2 semaines! 🙂

Les brioches que j’avais prévu faire ont finalement dû être reportées à une autre fois… avec le bébé de 3 mois, parfois les horaires se font organiser bien différemment de ce que vous aviez prévu au départ… 😉 Voici donc en quelques images ma mini production. Ça sentait encore bon ce matin en me levant… 😉

IMG_1386IMG_1391IMG_1392IMG_1394

Comme plusieurs personnes me l’ont demandé, je vous met un lien vers la recette. Sachez qu’il existe autant de recettes pour faire du pain qu’il existe de types de farine… À vous d’en tester plusieurs et de trouver celle qui vous convient le mieux! Vous noterez que pour celle-ci, il y a trois levées à faire. Certaines méthodes et/ou certaines levures permettent de faire moins de levées et sont donc plus rapides. À vous de choisir. Moi j’aime bien y consacrer ma journée. 😉 Pour avoir ma recette de pain de campagne, cliquez ici  🙂 Bonne aventure et bon appétit! 🙂

Aujourd’hui, ça sentira bon dans ma maison! :)

Ouah!! Super motivée ce matin malgré le peu de sommeil que j’ai eu; bizarre ce que la fatigue peut faire des fois :p et encore plus bizarre que je sois si hyper pour un Lundi! hahaha!! Aujourd’hui, la maison sera parfumée par le doux parfum du pain fait maison. 🙂 6 miches de pain, un pain aux raisins et des brioches, sortiront de mon four plus tard dans la journée; je vous mettrai une photo question de vous mettre l’eau à la bouche un peu! 😉 Je vous souhaite tout plein de bonne énergie et de dynamisme pour votre journée! 🙂

Sans rancune!

Vous le savez tous (ou presque), j’ai 3 enfants. Ce sont mes crapules, mes crapauds, mes amours, mes bibittes, mes p’tits loups, mes cocos et mes belettes, et j’en passe.

Moi j’en ai 3. J’ai des amis qui en ont 1 ou 2; d’autres en ont 4, … 5. Et j’ai quelques copines qui ent ont 6, 7 ou 8. Personnellement, plus jeune, j’en voulais 6. À ma troisième grossesse, j’avais des jumeaux. Mais je ne le savais pas. Et à quelques semaines de cette grossesse, j’ai perdu du sang. Ça arrive souvent et les médecins passent quelques tests de base et si tout va bien, on vous conseille de rester plus calme (ce qui est plutôt difficile dans mon cas!) et de bien vous reposer. Mais après l’accouchement, qui soit dit en passant, s’est très bien déroulé et nous a donné un beau petit coco en santé, je suis tombée malade. Après 10 jours, j’ai dû retourner à l’hopital pour me faire faire un curetage. Il y avait un deuxième placenta qui n’avait pas été expulsé pendant l’accouchement parce que vide… On m’a dit que le sang que j’avais perdu au début de la grossesse était en fait une fausse couche. Et que j’aurais dû avoir des jumeaux. Ok.

Je n’ai pas vécu de deuil par rapport à cet embryon que mon corps avait rejeté. Je n’ai pas eu de grande tristesse. Parce que je me disais que c’est ce que la Vie avait choisi pour moi et que c’était probablement mieux ainsi.

Aujourd’hui, avec encore plus de recul, je me dis qu’effectivement, c’était mieux comme ça. Parce que, déjà, d’avoir un enfant, ce n’est pas facile; et tous ceux qui en ont plus qu’un vous diront qu’au deuxième, on devient un peu plus fou encore et que malgré la petite expérience parentale qu’on se croit posséder après un premier enfant, les deuxièmes sont toutefois très différents des premiers la plupart du temps. Et ce qu’on a appris de notre plus vieux nous aide sur certains plans avec le deuxième, mais nous laisse aussi complètement en plan sur d’autres! Ceux qui ont poursuivi la route avec une troisième grossesse, vous diront probablement aussi qu’après 3, c’est beaucoup plus facile. Pour ceux qui en ont plus de trois, je ne sais pas ce qu’ils disent en général! Je n’ai pas eu trop de questions à poser sur le sujet: je ne me suis pas rendue là encore! hahaha!

Je trouve que de devenir parent est un peu l’équivalent de recommencer une vie, mais en en étant plus conscient.

Quand on est tout petit et qu’on apprend à marcher, on se plante. Tout le temps. Mais on a une espèce de confiance en je ne sais trop quoi, en soi-même ou en la Vie, et on retente le coup. Au bout d’un certain temps, on fait un pas, puis deux, avec papa-maman-grand frère-grande soeur qui nous tend les mains à deux pieds devant soi et qui nous encourage à avancer. On ne sait pas trop ce qu’on fait ni pourquoi on le fait; c’est plutôt l’instinct qui nous y pousse. Ensuite, forts de notre nouvelle acquisition (la marche) et de notre solide expérience de si nombreux échecs et de recommencements et de notre réussite, on passe au niveau suivant: la course! Encore une fois, on n’est pas trop conscients des étapes qu’on est en train de vivre ni pourquoi on les recherche, mais on le fait. Il faut bien avancer dans la Vie! Et tant qu’à avancer, pourquoi pas y aller en courant!? Alors on apprend à courir. Viennent ensuite l’apprentissage des journées sans couche et en petites culottes ( durant lesquelles nombreux seront ceux qui vivront encore de cuisants échecs avant de faire l’apprentissage de la toilette!), manger seul en tentant d’en avoir plus dans la bouche que sur la tête ou le plancher (quelle frustration ce doit être d’avoir faim et de ne réussir qu’à tout foutre par terre! ARGHH!), les cauchemars qui nous réveillent, apprendre à dormir sans personne à côté, l’entrée à l’école, etc. Tout cela sans parler d’apprendre à se brosser les dents tout seul, à faire fonctionner la télécommande de la télé sans tomber sur le poste des nouvelles quand tout ce qu’on veut c’est les petits bonhommes, et je ne parle même pas du fastidieux et trop long apprentissage à mettre son linge sal au panier…

Quand on arrive à l’adolescence, on est plus conscients de ce qui se passe dans notre vie. Mais pas encore assez. (On est souvent même pas encore BONS avec le panier à linge sale!) On est centrés sur le plus profond de notre moi-même. C’est loin et creux tout en étant dramatiquement proche. Toutes les expériences que l’on fait, sont pareilles à celles vécues étant bébé ou jeune enfant; c’est-à-dire qu’on ne sait pas trop pourquoi on se met à fumer, qu’on cherche à aller plus loin plus vite, qu’on choisi tel ou tel ami ou amoureux. Mais on le fait. Et puis vient bien assez vite la vie de jeune adulte. La méga vingtaine! On se croit fort et grand, plein d’expérience! Après tout, on s’est bien rendus jusqu’ici dans notre vie alors on doit bien avoir une force qui a à voir là-dedans! Non?… On croit qu’on en sait plus que les vieux, plus que nos parents qui sont siiiiiiiii loin de leur jeunesse! On a le monde à nos pieds et toute la Vie devant nous! Et puis on devient parents. Et on veut faire mieux que les nôtres.

On devient parents et on se rend compte qu’on ne sait pas trop où on s’en va avec ce nouveau petit être-là… Qu’il n’est ni arrivé avec un livret explicatif, ni avec un «power point» signifiant d’avance les étapes à franchir, ni avec la description des crises que l’on vivrait et encore moins avec un avertissement de danger de devenir fou, danger si on manque notre coup, danger si on en fait un enfant-roi, danger si, danger ça… Mais on avance, à l’instinct; et pour les chanceux, en appelant notre mère au secours une fois de temps en temps.

On revit toutes les étapes que nous-même avons vécues, mais cette fois en en étant pleinement conscients et à travers quelqu’un d’autre: notre enfant. On se sentira insécures à l’arrivée du premier. On se sentira forts de notre expérience à l’arrivée du deuxième, mais on s’apercevra qu’il est très différent de son frère ou de sa soeur et qu’en fait on avait tout faux depuis le début! On se sentira plus calmes quand le troisième fera son entrée, mais on deviendra fous quand le plus vieux nous tapera sa crise d’adolescence croyant tout savoir et se sentant fort de sa propre expérience… Puis viendra la crise du deuxième et finalement ce sera complètement différent d’avec le précédent et quand le troisième y arrivera on sera tellement épuisés par les deux premiers qu’on aura juste envie de tout laisser tomber et de retourner à l’âge du berceau!

Ce qui revient à dire que la Vie est un perpétuel recommencement… On apprend à marcher des centaines sinon des milliers de fois. On apprend à se la péter et à recommencer autrement. Que ce soit à 1 an, que ce soit en entrant à l’école, en échouant à un examen, en entrant en relation amoureuse pour la première ou la cinquième fois. On se sent forts par moments et si faibles à d’autres. On se sent puissants un instant et on a le nez rivé sur le trottoir l’instant d’après. Mais il y a toujours cette espèce de feeling qui nous pousse à avancer… encore et toujours avancer… ne pas faire de surplace… sans trop savoir pourquoi ni comment… mais on y va… à l’instinct. Et on fini toujours par aboutir quelque-part. Ailleurs. Plus loin que notre point de départ. Plus forts de notre passé et pourtant ignorants face à l’avenir. Mais confiants. Confiants en quoi? J’en sais rien. Mais confiants quand même. Sinon, on aurait tous lâché le morceau bien avant… Et même si parfois l’envie nous prend de démissionner, de tout domper, de se payer un «one-way ticket» pour l’Alaska, le Soudan ou le triangle des Bermudes, on cancèle le projet à chaque fois. Parce qu’on sait pas trop pourquoi, mais on doit continuer d’avancer… même si on sait pas trop où ça va nous mener…

Alors à tous mes copains nouveaux ou futurs parents, moi je vous le dis: Vous allez devenir fous par bouts. Vous allez vouloir étouffer vos enfants plus d’une fois dans votre vie. Vous allez aussi tellement les aimer que vous allez en pleurer des fois. Vous allez aussi pleurer de découragement quand vous allez vous sentir complètement impuissants devant des tonnes de situations. Vous allez être fiers d’eux plus souvent qu’autrement par contre. Vous allez ramasser des murs à 400 à l’heure tellement le temps va vite et va vous échapper! Vous allez vouloir être malades à leur place quand ils ne feront que 2 degrés de trop de fièvre ou quand ils se ramasseront à l’hopital pour une commotion parce qu’ils vont être montés dans un arbre et en être tombés même si vous les aviez averti 100 fois de ne pas y grimper parce que c’est dangereux, ils pourraient en tomber… ! Vous allez vouloir les donner à votre belle-soeur en échange de rien du tout! Vous allez vouloir mordre le premier (et tous les suivants!) qui vont tenter de s’en prendre à eux par exemple! Vous allez vous sentir perdus comme c’est pas permis plus souvent qu’autrement mais au fond de vous-même, vous saurez qu’il n’y a PERSONNE de mieux placé que vous pour en prendre soin…

Et vous allez leur apprendre à marcher… à «marcher drette dans Vie»…