Jus de légumes maison.

23558892-Automne-corne-d-abondance-corne-d-abondance-de-fruits-et-de-l-gumes-Vecteur-Banque-d'images

Voilà. L’été tire à sa fin. Les jardins débordent littéralement de ce qu’on a regardé pousser doucement durant 3 mois, des fois plus.

Pour ne pas perdre une once de cette abondance (mis à part le fait de partager les fruits de nos récoltes avec nos amis et nos familles), il n’y a rien de mieux que la déshydratation des aliments, leur congélation et la mise en conserves pour nous donner un goût d’été tout l’hiver durant! 🙂

Le savoir se passant parfois d’une génération à l’autre et parfois pas, il serait facile, dans les deux cas, de faire des erreurs dans la méthode sécuritaire de mise en conserve.

Ma mère, en me partageant sa recette du meilleur jus de légumes au monde (recette qu’elle tenait de sa belle-mère, qui elle la tenait de sa mère, qui la tenait de… bref, voyez le tableau), m’a aussi transmis sa méthode de mise en conserve pour ladite recette. Après quelques recherches (et quelques erreurs aussi, je dois l’admettre), j’ai appris que les méthodes ancestrales n’avaient pas nécessairement bonne presse et qu’elles pouvaient même (et surtout) s’avérer dangereuses pour la santé.

En effet, nos mères et les leurs avaient souvent pour méthode de stérilisation de mettre les pots de verre au four. Ce qui n’est malheureusement pas suffisant pour stériliser des pots. Aussi, malgré que l’autoclave (gros chaudron avec un indicateur de pression) ait été breveté en 1820, il est malheureusement encore fréquent de se faire dire que toutes les recettes de conserves peuvent n’être cuites qu’à la marmite et que ce sera suffisant. Or, c’est loin d’être le cas. Le Ph d’une recette permet en fait de déterminer si nous devrons passer les pots à la marmite ou à l’autoclave après la mise en pots. Des bactéries telles que le botulisme (truc mortel, on joue pas avec la santé comme ça!) pouvant facilement se développer dans les pots si la stérilisation n’a pas été faite de façon adéquate, il est impératif de connaître les bonnes méthodes de stérilisation et de cuisson pour préserver notre propre santé et celle de nos proches.  Les sites de Vincent le canneux et de Bernardin sont deux des meilleures références à ce sujet, en plus de contenir d’innombrables recettes. Je vous conseille aussi deux groupes facebook gérés par de véritables pros de la mise en conserve sécuritaire. Le premier est ici et le second, ici. Avec tout ça, vous pouvez être certain-e de n’empoisonner personne! Je sais, vous me direz que vous avez toujours fait comme ça, ou comme ça, que votre mère aussi et ainsi de suite et que personne n’en est jamais mort. Je vous répondrai seulement que tout ce qui vient d’avant nous n’a pas toujours forcément été bon (même si en général on aime bien les petits trucs de nos grands-mères! ) et qu’il serait aussi stupide d’attendre que quelqu’un contracte le botulisme pour enfin changer sa façon de faire des conserves…

Bref, je vous partage donc aujourd’hui la recette (revisitée, testée et approuvée) du meilleur jus de légumes au monde! Fini les V8 au prix exorbitant qui goûtent le métal! Ce jus est un pur délice! En voici donc la recette. À go, on canne! GO! 😀

Vous aurez besoin de:

  • 1 caisse de tomates de 20-22 lbs
  • 2 petits poireaux
  • 4 branches de céleri
  • 5-6 carottes
  • 2 oignons blancs
  • 1/2 poivron vert
  • 2 grosses gousses d’ail
  • 1/4 t de sel
  • 1 tasse de sucre
  • jus de citron en bouteille

Pour stériliser vos pots avant, voici la méthode.

La veille, passez tous les légumes (sauf les tomates) au robot pour en faire presque de la purée. Couvrez, et mettez au frigo pour la nuit. Lavez vos tomates aussi.

Le lendemain, écoeurez les tomates et coupez-les en 6-8 ou 10 morceaux, en prenant soin d’enlever les parties meurtries.

Mettez quelques tomates et une partie des légumes hachés, dans une grande rôtissoire ou un grand chaudron en écrasant les tomates avec un pilon à patates. Portez à ébullition. Il faut que les tomates soient immédiatement et constamment en ébullition pour éviter que le jus se sépare. Ajoutez quelques tomates à la fois et une partie des légumes pour ne pas stopper l’ébullition. Ajoutez le sel et le sucre. Attention à ne pas faire coller le fond. Mijoter environ 5 minutes après le dernier ajout de tomates.

Passez le tout dans une presse à tomates. (Moi je repasse les restes une deuxième fois, à vous de voir.) Récupérez le jus.

Reportez le jus à ébullition.

Ajouter 1 c. à soupe de jus de citron par pot de 500 ml. 2 c. à s. pour des pots d’1 L.

Empotez chaud en laissant 1/2 pouce d’espace sous le goulot. Pour s’assurer de laisser le bon espace, voyez ceci. Éliminez les bulles d’air avec une spatule ou un bâton de plastique. Essuyez le rebord de vos pots et placez un couvercle que vous aurez gardé dans un chaudron d’eau bien chaude avec les bagues. Vissez la bague jusqu’au point de résistance sans forcer plus. Replacez le pot dans la marmite, recouvrez d’eau et faites bouillir 35 minutes si vous faîtes des pots de 500 ml, 40 minutes pour des pots d’1 L.

Lorsque le temps est terminé, laissez le bouillonnement s’arrêter, déposez les pots sur une planche de bois ou un linge et laissez refroidir durant 24 hrs sans bouger les pots. Vous pouvez ensuite retirer les bagues si vos pots sont bien scellés. Identifiez les pots avec la date, et rangez!

Voilà! Un jus de légumes qui goûtera frais l’été, tout au long de l’hiver! 😉

14193727_958368177618404_99526730_n

 

 

 

 

 

Baume à lèvres maison.

Mon petit M. Bonheur (qui aura 8 ans dans quelques semaines) souffre de nombreux stress et d’une nervosité grandissante depuis janvier 2015. Un événement majeur a chamboulé notre vie familiale à ce moment et malgré que toute ma petite famille fasse de son mieux pour gérer la situation, personne n’arrive à s’y adapter réellement et tout le monde paye le prix fort… Mais M. Bonheur est le pire d’entre tous je crois bien et M. Bonheur ne file plus du tout le petit bonheur qui lui était si caractéristique. Il est maintenant aux prises avec plusieurs tics nerveux, dont celui de se licher les lèvres à outrance. Voyez:

Canon 657

Mais! Qu’à cela ne tienne! Notre amour pour ce bel enfant étant sans limite, les baumes à lèvres des commerces étant clairement inefficaces et trop chers et notre famille ne reculant devant rien, nous nous sommes attaqués au problème sous un autre angle, à savoir: l’angle du naturel et du fait maison! 🙂

Après quelques recherches aisées et l’aide de sources fiables, il fût décidé que nous ferions nous-mêmes notre baume à lèvres pour guérir ce joli minois! Nous nous sommes donc procurés les quelques ingrédients nécessaires dans un supermarché santé. Nous avons aussi déniché des tubes et des pots neufs à cet effet. (Sachez que nous avons choisi d’acheter nos contenants neufs, mais il est aussi possible de recycler et réutiliser des contenants que vous possédez déjà, cela va de soi!)

Canon 664

Malgré une recette très simple, des ingrédients de qualité et mon expérience en cuisine, je dois avouer que je me sentais nerveuse à l’idée de peut-être rater une quantité appréciable d’or fait maison qui devait littéralement sauver la peau de mon fils par-dessus le marché. J’ai donc choisi de limiter mes quantités, quitte à devoir faire une deuxième recette.

Après quelques minutes de fonte, l’ajout des huiles et autres ingrédients, quelques secondes pour couler le tout dans les tubes et les pots et quelques heures à laisser le tout durcir et refroidir, notre première recette de baume à lèvres maison avait vu le jour et n’attendait que M. Bonheur à son retour de l’école pour être testée sur le principal intéressé!

Canon 670

Verdict: Adopté! Yeeahh! 😀

Comme nous faisions la recette pour la première fois, nous nous sommes fié sur les quantités d’autres recettes maison trouvées sur le net. Mais tout n’était pas parfaitement au point. Notre baume s’est avéré être plutôt solide après le temps de refroidissement et un peu difficile à appliquer. Nous avons compris que nous avions mis trop de cire d’abeille (ingrédient de base de notre recette) et que la proportion aurait dû être égale à celle du beurre de cacao. Nous avons donc modifié les quantités de la recette que nous vous donnons ici, dans ce but. Sachez donc que plus vous mettrez de cire d’abeille, plus le baume sera dur et difficile à étendre sur les lèvres.

Somme toute, l’expérience a vraiment été agréable et enrichissante.

Pour ce qui est de la guérison de mon petit bonhomme, lui qui s’étalait près de la moitié d’un  »lypsil » sur les lèvres des dizaines de fois par jour, n’en a mis que 2 fois entre son heure de dîner et l’heure du dodo. Il est encore trop tôt pour bien évaluer l’efficacité réparatrice du produit, mais il dit en aimer la texture, l’odeur et le fait de ne pas sentir le besoin d’en remettre aux 10 minutes! Ce qui est tout de même une bonne moyenne au bâton! hihi!

Voici donc la recette. Les quantités nommées vous donneront environ de 8 à 10 bâtonnets de baume.

  • 30g de cire d’abeille
  • 30g de beurre de cacao
  • Une dizaine de gouttes de teinture de calendule
  • Une dizaine de gouttes d’huile essentielle de votre choix (attention aux huiles d’orange amère, de citron ou de pamplemousse qui sont photosensibilisantes)
  • 1/2 c à thé de vitamine E.

Dans un bain-marie et à feu moyen-élevé, faites fondre la cire d’abeille et le beurre de cacao. Lorsque tout est fondu, retirez du feu et ajoutez les autres ingrédients. Versez dans les tubes à l’aide d’un petit entonnoir ou d’un contenant à bec verseur. Attention, ça durcit assez vite! Laissez refroidir à température ambiante durant quelques heures et vos baumes-maison-écolos-bios seront prêts à être utilisés!

À votre tour! 🙂

P.S: Ces cosmétiques n’ont pas été testés sur des animaux. 😉

 

Le bonheur est fait de petites choses.

Trop, beaucoup trop longtemps sans avoir écrit… Mais c’est ça la vie de maman; tu fais ce que tu peux quand tu peux, et pas ce que tu veux quand tu veux! 🙂

Depuis mon dernier article, BEAUCOUP de choses se sont passées! Premièrement, le jardin avance bien. Mon vicking d’amour a construit les boîtes (beds) dans lesquelles pousseront nos merveilleux plants de tout plein de choses merveilleuses! Ça, par contre, c’est si on réussit à sauver ce qui nous en reste, parce qu’avec nos 5 chats qui passent leur temps à se faire les dents sur les plants… je garantie pas du résultat. 😦 Les boîtes sont donc faites, nous avons récupéré de vieux troncs d’arbres, des branches, des bûches, etc., qui ont été placées dans les boîtes et recouverts de terre. Nous plantons demain! 😀

Les enfants ont de plus en plus hâte à la fin de l’année scolaire et de plus en plus de difficulté à se coucher à la même heure que d’habitude, vu le soleil qui se couche de plus en plus tard… Maman aussi commence à avoir hâte aux vacances d’été je dois dire! Et avec toutes les histoires pas jojo qui se passent à l’école pour deux de mes crapules, j’avoue que je désespère dramatiquement du système scolaire québécois. J’ai commencé à me renseigner sur l’école à la maison… On verra ce que ça donnera d’aller glaner des infos, mais le projet me tente vraiment! C’est clair que ce serait BEAUCOUP de travail, mais de m’assurer une évaluation juste et honnête de mon grand de 9 ans, (alias M. 007), de m’assurer aussi qu’il ne revient pas en pleurant parce qu’il n’a pas eu la (fausse) note de passage que sa maîtresse exige (elle dit aux enfants que pour avoir la note de passage, il faut atteindre 9/10!! 😦 Allo la pression! ), et que mon petit de 6 ans (M. Bonheur) est traité de façon juste et équitable et non mis de côté parce qu’il ne pose pas de problème et qu’il est ultra patient et résilient, serait un baume sur le petit coeur de mes cocos et sur le mien aussi, je dois l’avouer… Dans tous les cas, je me renseigne pour le moment. J’ai bien hâte de voir comment cette idée va finir par tourner! 🙂

Aussi, quelques projets rénos sont en cours! Avec l’achat de la maison en juin dernier (et oui! Déjà presque un an! C’est fou comme le temps passe vite!), nous savions qu’il y aurait des trucs à rénover. On avait hâte de commencer! 😀 Quelques imprévus financiers nous ont retardé dans notre aventure de rénovations (on nous l’avait dit que la première année dans une maison, ça coûte cher, alors nous ne sommes pas restés trop surpris…), mais on commence à ramasser les matériaux nécessaires. Au programme: refaire (au complet! ) la salle de bain du rez-de-chaussée et faire une chambre au sous-sol. En fin de semaine dernière, pour moins de 100$ (je suis très fière de ce si petit montant!) j’ai réussi à retaper la petite salle d’eau du deuxième étage. Quel vent de fraîcheur ça fait! Un coup de pinceau, des rideaux, des serviettes neuves et quelques accessoires et le tour était joué! Très beau résultat! Il est vrai que nous n’avions pas de rénovations à y faire en tant que tel, mais le rafraîchissement valait le coup, la pièce en avait bien besoin et mon moral aussi! 🙂 Ça fait toujours du bien! En plus, toujours dans notre optique écologique, nous avons choisi des peintures écologiques et recyclées et qui faisaient partie des  »couleurs manquées » que les magasins de peinture gardent parfois. Ces gallons ne seront donc pas jetés et m’auront coûté une fraction ridicule du prix régulier! Les rideaux que j’ai installés m’ont été donnés par une tante plus que généreuse et les accessoires ont été achetés dans les ventes de garage qui avaient lieu le weekend précédent. 🙂 Et voilà! Déco écolo! 😀

À travers tous ces beaux petits projets, il y a bien sûr le quotidien (fou parfois!) et les enfants (fous aussi quand on approche de la période de la pleine lune! hihihi!). L’allaitement, le lavage, boulanger, tous les repas à préparer, le ménage (qu’on ne fait pas aussi souvent qu’il le faudrait, mea culpa 😛 …), les chicanes de frères pour les jeux vidéos, les projets de science de M.007, les fêtes d’amis, les gros et les petits bobos, les progrès de M. pamplemousse qui attrape maintenant ses orteils et se les met dans la bouche (on arrête pas le progrès! C’est fou! hahaha!), ses premiers aliments solides, les migraines, les nuits courtes, les nerfs du dos qui coincent parfois sans crier gare, la plus grande de la famille (Miss sunhine 🙂 ) qui revient à la maison (vite! vite! faut lui faire une place, un lit, une commode! vite! ), les comptes à payer, le bon (on essaie…) voisinage, les sorties à la crèmerie avec les crapules, les tours au parc, les activités sportives, les cauchemars de M. bonheur, le lit de papa et maman qui devient soudainement trop petit en une seule nuit, les petits (et trop courts) moments avec mon vicking d’amour, etc. demandent un investissement non négligeable en temps et en énergie! On n’en sort plus! 😉

Mais on ne voudrait pas en sortir non plus de cette belle vie bien remplie de petits bonheurs! ❤ Alors on écrit un peu moins souvent… 😉1043904_10152129403970255_1424994675_n

 

 

Nouvelle étape…

Monsieur pamplemousse est notre quatrième enfant. 🙂 Pour les trois premiers, des couches jetables ont été utilisées. Pourquoi? Pour pas se faire ch%$!, pour pas dépenser plein de sous d’un seul coup (tout un mauvais argument quand on y repense…), pour pas de pyjamas mouillés, pour pas 10 brassées de lavage de plus par semaine…

Durant la grossesse, grosses discussions et grandes décisions! Pour Monsieur pamplemousse, virage à 180°. Nous tenions à changer le plus de choses possible pour actualiser nos choix et nos valeurs environnementales. Les couches lavables allaient donc de soi.

Mais le sort nous a fait bifurquer un peu, pour un petit moment.                              M. pamplemousse a dû être hospitalisé durant quelques jours à la naissance, et se faire opérer à deux jours de vie… Difficile épreuve pour un bébé; difficile épreuve pour les parents, difficile épreuve pour nos autres enfants, pour notre petite famille, et pour la famille élargie aussi…

Nous avons donc remis en question le choix des couches de coton. Monsieur pamplemousse devrait recevoir des soins quotidiens à la maison et cet aspect nous a fait mettre de côté l’  »option coton ». Nous avons donc acheté quelques boîtes de couches jetables, non sans en avoir mal au portefeuille et à nos convictions un tout petit peu aussi… Mais nous savions que c’était un choix temporaire. Et c’était mieux pour pamplemousse.

Mais! Les soins sont maintenant pratiquement chose du passé! 🙂 Et les couches jetables aussi, par la même occasion! 😉 Une semaine s’est déjà écoulée depuis le début de cette nouvelle étape: le passage aux couches de coton.

Durant la grossesse, nous avons cherché des couches réutilisables de seconde main. Payer plus de 500$ (sans les taxes) pour un ensemble de départ et quelques autres centaines de dollars par la suite pour une deuxième série de couches plus grandes, ne convenait pas du tout à notre budget, ni à nos convictions. Pourquoi acheter neuf quand on peut avoir quelque-chose de très bon pour bien moins cher?! Alors voilà. Nous avons trouvé une maman qui vendait des dizaines de couches pour une fraction du prix, les seaux de trempage, etc. (D’où le mauvais argument de pas dépenser plein de sous d’un coup…) J’ai tout relavé et séché et nous avons attendu la venue du tout petit! 🙂

Nous avons choisi de commencer l’utilisation des couches lavables en alternance avec les couches jetables, question de s’y acclimater tranquillement. Mais au bout de 3 jours, il ne restait plus du tout de couches jetables.

Bien évidemment, des pour et des contre se sont présentés à nous. Dans les pour, le confort de pamplemousse a été décuplé! Le coton, c’est doux doux doux! 🙂 Aussi, ce n’est pas plus dur de jeter la couche dans le seau de trempage qu’à la poubelle et que dire de notre conscience écologique qui s’en trouvait toute satisfaite! 🙂 Mais dans les contre, le TEMPS de confort de M.pamplemousse a considérablement diminué. En effet, la silice présente dans les couches de papier est évidemment absente dans celles de coton et cette matière qui sert à absorber l’humidité a beau être chimique, elle est drôlement utile 😛 Le nombre de changements de couches a aussi de beaucoup augmenté. Ce qui augmente par la même occasion, la quantité et la fréquence du lavage. Ce dont j’aurais pu me passer, honnêtement. Non seulement pour les couches à laver, mais aussi pour tous les vêtements mouillés parce que le pipi a passé au travers de la couche. Peut-être les couches que nous avons sont-elles moins absorbantes qu’à leurs débuts, puisqu’elles en sont à leur troisième vie (elles avaient servi pour deux autres enfants avant M. pamplemousse), mais le fait est qu’avec l’opération que le petit a eue, avoir les fesses au sec est une obligation. Ce qui nous force à changer les couches à chaque pipi. Et pamplemousse semble ne pas trop s’habituer à être plus mouillé. Remarquez, je le comprends! Toujours est-il que son temps de dodo s’en trouve diminué durant le jour parce que sa couche froide et mouillée le réveille. 😦

Bref, comme dans toute situation, rien n’est parfait.

Mais nous souhaitons tout de même poursuivre. Maman peut très bien s’habituer à faire plus de lavage. Et même s’il y a quelques étapes de plus (vaporiser du détachant sur les couches avant de les mettre dans la machine à laver et préparer une solution de trempage pour les seaux à couches par exemple), ça vaut le coup et ce n’est pas cher payé.

Pour ce qui est du confort de pamplemousse, nous agrandirons sa réserve de pyjamas et nous fabriquerons d’autres insertions de coton pour les couches. Ce qui devrait les rendre un peu plus absorbantes. Nous avions aussi l’option de mettre un par-dessus de plastique, mais nous avons finalement rejeté cette possibilité.

Nous garderons aussi une alternance entre le coton et le papier. Les couches de coton seront utilisées la plus grande partie du temps, et des couches de papier serviront pour la nuit et les dodos d’après-midi entre autres. Peut-être aussi pour les longs trajets en voitures et les sorties particulières qui durent plusieurs heures. Mais leur utilisation sera tout de même très limitée.

Nous croyons avoir trouvé la bonne recette pour combler notre conscience environnementale ainsi que notre réalité d’une famille nombreuse et moderne. 🙂 Comme dans tout, nous croyons que l’idéal est toujours une question d’équilibre.

Alors si l’idée de faire le grand saut vous faisait peur, n’hésitez plus! C’est très possible et réaliste d’utiliser des couches de coton dans un monde moderne et un peu bousculé par le temps! 🙂

DSC_5762

Nouvelle maison, nouveau jardin!

IMG_1415[1]

Nous nous y sommes pris un peu tard cette année, mais nos semis sont enfin faits! 🙂

Dans notre optique d’un jardin en permaculture bio, nous avons choisi de ne pas acheter de plans de quoi que ce soit pour composer notre jardin. De connaître, de participer et d’être les instigateurs de toutes les étapes de notre alimentation (du moins pour ce qui est des fruits et des légumes et pour une partie de l’année seulement) était un des points fondamental de l’approche que nous souhaitions adopter, entre autres aussi, en ce qui concerne l’éducation que nous voulions offrir à nos quatre petites crapules avec ce projet. 😉

IMG_1414[1]

Nous avons d’abord choisi les graines (bio) des légumes que nous allions semer et des plantes avec lesquelles ils s’acoquinaient bien.

Un après-midi de temps à faire des semis avec les enfants (enfin, eux ils ont terminé plus vite que nous, fallait pas trop rêver quand même! 😉 ) et voici une partie du premier résultat:

IMG_1417[1]

Nous avons des dizaines de contenants de futurs plants, en plus de ce que nous allons planter en pleine terre. 🙂 Seule déception: pas d’arbres fruitiers. Par choix par contre. Ce sera pour une autre année! Nous aurons tout de même des fraises, des framboises, du cassis et des bleuets. 🙂 Sans compter les herbes, la lavande, la lobélie, et j’en passe!

C’est un réel bonheur de voir (déjà!) les germes de laitue se pointer le bout du nez dans nos contenants! Et tout autant de visualiser à quel endroit se trouvera le jardin dans la cour à chaque fois que je regarde par la fenêtre de la cuisine. 🙂

IMG_1412[1]

D’avoir la possibilité de partager tout cela avec les enfants, de leur apprendre que le pain ne pousse pas dans la terre (comme le montrent certaines pubs idiotes à souhait!), que les fraises ne sont pas supposées faire partie des étalages des supermarchés en plein hiver, mais qu’on devrait plutôt les congeler (entre autres) à la fin de l’été POUR en avoir au courant de l’hiver, de les voir ouvrir de grands yeux quand ils constatent que ce qu’ils ont planté est vivant et grandit et même de les voir se chamailler pour savoir qui vaporisera les semis chaque matin, est une chance que nous dégustons pleinement.

Tous ces savoirs, se perdent à une vitesse dramatiquement fulgurante. Nous voulons que nos enfants prennent conscience de l’importance de prendre soin de l’environnement, de l’importance d’une certaine auto-suffisance et surtout d’un gros bon sens qui malheureusement ne semble plus faire partie de ce que possède la population…

Quand nous allons au marché et que nous voyons une maman flanquée de trois marmots hyper turbulents et qui n’a dans son panier que des trucs genre pain blanc bourré de sucre, poudings au chocolat re-bourrés de sucre, coca-cola, biscuits, repas congelés et compagnie, nous ne pouvons nous empêcher de voir le lien DIRECT avec le comportement de ses enfants et de nous demander où sont les vrais aliments dans tout ça et à quelle fréquence et de quelle façon la cuisine se fait-elle chez-elle.

Évidemment que nos enfants bougent beaucoup eux aussi! Loin de moi l’idée de tomber dans le jugement ici! Mais un enfant en santé qui bouge, c’est différent d’un enfant mal nourri et sur-sucralisé (permettez-moi l’invention du terme!) qui ne sait plus se contenir parce qu’en manque constant de drogue (de sucre en réalité). Je trouve cela d’une tristesse écrasante et je déplore le manque de passation des savoirs.

J’ai eu la chance d’avoir près de moi des gens qui cuisinaient beaucoup, et, aussi bizarre que cela puisse paraître, la chance d’avoir manqué de sous dans ma vie. Tout cela m’a obligée à chercher la meilleure façon de manger possible. La moins chère aussi, pour nourrir mes enfants convenablement.

Je n’ai pas été élevée à la campagne, ni dans un grand restaurant, ni avec des parents qui prônaient les principes du bio et de l’environnement en général. Mais ils m’ont donné une excellente base à mettre dans ma petite valise d’enfant et en grandissant j’ai su utiliser les atouts dont ils m’avaient fait cadeau (sans le savoir peut-être). Je veux donc retransmettre ce précieux héritage à mes propres enfants.

À l’heure où la moitié de la planète crève de faim mais où on clame à qui mieux mieux qu’à elle seule l’Amérique du Nord pourrait combler je ne sais quelle portion astronomique de ce désastre alimentaire, il nous semble qu’il est temps d’y faire quelque-chose… La permaculture est, selon nous, la clé. Tout comme l’auto-suffisance partielle.

Sur ce, le soleil se lève. Je vais aller jeter un coup d’oeil dans ma cour, question de rêver éveillée encore un peu… 😉

1932498_506960519425841_5540948063420871969_o

 

De plus en plus vert!

Dans notre démarche vers un mode de vie plus écolo, nous avons aujourd’hui fait l’acquisition d’un composteur. 🙂

Depuis 2 ans déjà, nous voulions nous mettre au compostage, vu la quantité de déchets organiques que notre (de plus en plus) grande famille produit quotidiennement. Plusieurs raisons nous ont par contre forcés à attendre. Tout d’abord, nous habitions un appartement, et le propriétaire était absolument contre un composteur de balcon, peu importe le type de composteur ou de compostage que nous lui proposions! L’utilisation d’un petit bout de terrain alentour des appartements nous était aussi refusée.

Nous avons par contre fait l’acquisition d’une maison au cours de l’été 2013. 🙂 Étant enceinte de plusieurs mois et avec tout le travail qu’implique un déménagement, nous avons choisi de ne pas beaucoup s’occuper de l’extérieur de la maison pour la première année. Ces mois d’hiver nous ont cependant donné la possibilité de bien penser au type de jardin que nous souhaitions concevoir. C’est de cette façon que la permaculture s’est dévoilée à nous. 🙂

Ceci dit, le printemps se pointant le bout du nez et bébé ayant déjà quelques mois, l’envie d’aller jouer dans la terre me titille tellement que j’en ai des fourmis dans les doigts! Les chauds rayons du soleil font fondre la neige à vue d’oeil dans ma cour et nous invite chaleureusement à s’y aventurer! 🙂

Voici donc la bête en question:

IMG_1401

Le vermicompostage a d’abord été notre premier choix; mais avec les restrictions de la ville quant aux odeurs et autres désagréments dus au compostage, nous avons préféré opter pour un tambour. Aussi, avec ce formulaire

IMG_1400

ainsi que quelques autres procédures administratives, nous aurons droit à un remboursement de 50% sur le prix d’achat de notre composteur grâce à une subvention de la MRC; ce qui est une bonne nouvelle selon moi! 🙂 Le compostage à plus grande échelle s’organisera proportionnellement en temps et en taille selon que le jardin s’agrandira plus ou moins rapidement d’une saison à l’autre.

Nous voici donc bien engagés sur le chemin d’une vie de plus en plus écolo. 🙂 Comme on dit: C’t’une bonne affaire de faite! 😉