Pour nos enfants.

Si vous lisez l’anglais, je republie ici un article plein de sens et de réalisme que j’ai trouvé ce matin, qui apporte une solution réelle qui portera ses fruits à long terme et qui résonne particulièrement fort pour moi avec ce que nous vivons en famille depuis quelques temps.

Voici donc 5 étapes pour réagir de façon à enfin arrêter le cycle de honte qui mène les enfants à agir de façon violente ou agressive, dans bien des situations. Accueillir l’enfant, accueillir l’émotion, la vôtre et la sienne, sont non seulement le point de départ, mais la base et la finalité de ce que nous recherchons tous: être reconnu et entendu, aimer et être aimé. ❤

3194-4046-thickbox

Bonne lecture! 🙂

 

Du pain pour pas cher.

Il y a un moment déjà, j’avais publié la recette de pain que je faisais à l’époque. Très bon pain. Mais j’ai changé de recette. Je voulais vous partager la nouvelle. Et vous dire pourquoi j’en avais changé.

Premièrement, la première recette était plus longue. Celle-ci est plus rapide. Ce qui est un avantage considérable, surtout quand on se dit que comme c’est très long faire du pain, qu’on est aussi bien de payer les quelques dollars qu’il coûte à l’épicerie du coin. Avec cette recette, qui ne prend pas 2 heures, et qui embaumera la maison d’une délicieuse odeur de pain chaud, on aura toutes les raisons de faire notre pain plutôt que de l’acheter au coin! Le temps étant précieux, se donner le luxe de faire son propre pain sans y passer une journée entière est possible et accessible à qui le souhaite.

Deuxièmement, après plus de 15 années à  faire du pain, je peux dire que j’en ai essayé des recettes! Celles du cercle des fermières, de Ricardo, de ma grand-mère, d’anciens livres de recettes… Tout dépendant de quels sont nos critères quand on cherche une recette, on en choisira une qui donnera un goût plus acidulé au pain, une qui demande moins de temps de levée, une qui est facilement modifiable pour faire du pain aux raisins ou au fromage, etc. Celle-ci en est une qui donne un bon pain qui se tient bien, avec une croûte juste assez mince pour ne pas se défaire la mâchoire dessus, avec lequel il est facile de faire un pain à sandwich (par exemple) et elle est facilement modifiable pour en faire d’autres types de pains, comme je disais plus haut.

Troisièmement, les conseils qui l’accompagnent sont pleins de bon sens et aident à comprendre ce qu’il est nécessaire de savoir quand on fait notre pain et à quoi faire attention.

Ensuite, le coût de revient. Cet argument ressort vraiment souvent quand on me demande pour quelles raisons je me casse la tête à faire mon pain. Tout d’abord, je ne me casse pas la tête. Faire mon pain, faire DU pain, est un réel plaisir! Dans la catégorie  »joindre l’utile à l’agréable », c’est probablement ce qui vient en tête de liste je dirais! Mais faisons le calcul un instant: un pain  »régulier » de type villagio ou d’italiano à l’épicerie, coûte entre 3 et 4$ l’unité. Si on parle des emballages en duo, ils sont plus de 5$, ce qui revient tout de même à plus de 2,50$ chaque pain. En faisant mon pain, le prix de la farine, de la graisse, du sucre et de la levure mis ensembles, est de 21$. Avec la quantité d’ingrédients que j’ai, je peux faire 5 recettes de 4 pains, soit 20 pains. Chaque pain me coûte donc environ 1$. L’économie est substantielle quand on pense qu’un pain du marché dure environ 2 jours dans la majorité des familles avec enfants. Si on étire les maths encore un peu, juste pour se faire plaisir, ça reviendrait à dire que pour une seule semaine, il faut une moyenne de 5 à 8 pains par famille. Gardons 5, pour faire un chiffre rond. En achetant à l’épicerie, le  »budget pain » d’une famille serait donc de plus de 15$ par semaine. Pour le même prix, j’ai du pain pour le mois! C’est toute une économie!

Enfin, la qualité des ingrédients. Les listes d’ingrédients épouvantablement longues et trop souvent indéchiffrables des produits d’épicerie font de plus en plus les manchettes et ce n’est malheureusement pas pour leur donner bonne réputation. L’industrialisation, la nécessité de faire du profit pour les entreprises, les temps de conservation de plus en plus longs des produits, nécessitent des  »ingrédients » qui ne poussent ni dans mon jardin, ni dans celui de qui que ce soit, et qui ne se retrouvent pas dans la nature non plus. Sans jouer les granos ou les bio-power, j’aime savoir ce que je mange, et j’aime que ça ait une origine naturelle. Manger du pain dont le blé a été arrosé par je ne sais quel pesticide et insecticide cancérigènes, en plus de tous les agents chimiques ajoutés en guise d’agents de conservation, de la farine blanchie chimiquement pour que le pain ait l’air aussi blanc qu’un traitement de blanchiment du dentiste, doublé du plastique dans lequel on me vend mon pain, tout ça c’est non merci pour moi. La simplicité des ingrédients utilisés à la maison, le fait qu’ils soient tous d’origine naturelle, connue et identifiable, et qu’il soit aussi possible de les choisir bios si on le souhaite, me convainquent de la valeur augmentée de chacun de mes pains, m’assure de leur fraîcheur et de leur qualité, sans oublier le vrai bon goût qu’ils ont qui ne se retrouve jamais dans ce qui est vendu sur les tablettes.

Pour terminer, avant de vous donner cette délicieuse recette et ses judicieux conseils, je tiens à donner le crédit de cette trouvaille à qui de droit. Dans mon cheminement vers l’autosuffisance, j’ai récemment fait la découverte d’un groupe merveilleux, tenu par une femme vraiment inspirante et rassembleuse. Cette recette lui appartient. Marie-Eve travaille vraiment très fort pour partager ses connaissances sur l’autosuffisance, il est donc important que le crédit de son travail lui revienne. Je vous mets donc le lien vers son site internet, Simple Nature, ainsi qu’un de ses groupes facebook, Autosuffisance Québec, qui sont des outils qui m’ont été on ne peut plus utiles et bénéfiques dans ma démarche d’autosuffisance. Je vous invite à aller visiter ses pages si ce mode de vie vous fait de l’oeil.

Voici donc cette nouvelle recette de pain blanc maison, qui fait le bonheur de ma famille depuis plusieurs semaines déjà! * Sachez que la recette se double facilement, et que tous les ingrédients se substituent par des ingrédients bio.

Pour 4 pains, vous aurez besoin de:

  • 1/2 t d’eau tiède
  • 1 c.à thé de sucre
  • 2 1/2 c. à soupe de levure active (granules) ou 2 sachets
  • 4 t d’eau tiède
  • 3 c. à soupe de sucre
  • 3/4 c. à soupe de sel
  • 3 c. à soupe d’huile végétale ou de graisse fondue
  •  environ 10 à 12 t de farine non blanchie.

1- Dans une tasse ou un bol en verre *, mélanger 1/2 t d’eau tiède + 1 c. à thé de sucre +2 1/2 c. à soupe de levure.

2- Laisser agir une bonne quinzaine de minutes (plus si votre levure est plus vieille)

3- Dans un grand cul-de-poule, mettre les 4 t d’eau tiède + 3 c. à soupe de sucre + 3/4 c. soupe de sel + 3 c. à soupe de graisse fondue.

4- Bien mélanger.

5- Ajouter notre mélange de levure activée et mélanger délicatement.

6- Tamiser la farine.

7- Incorporer la farine 1 t. à la fois. ( Il est possible que la quantité de farine soit trop grande, donc allez-y doucement)

8- Quand la pâte veut former une boule, allez vous laver les mains et séchez-les. Enfarinez vos mains et jetez le reste de la farine sur le comptoir.

9- Faites tomber la boule de pâte dans la farine sur le comptoir et finissez le pétrissage à l’ancienne. Arrêtez tout quand votre pâte est élastique et ferme. Elle ne doit pas craquer mais ne doit pas s’affaisser non plus.

10- Nettoyez le cul-de-poule.

11- Huilez ou graissez le cul-de-poule et déposez-y votre pâte pour la première levée.

12- Couvrez d’un linge propre et humide. Rangez dans un endroit chaud sans courants d’air. ** Plus c’est chaud, plus c’est rapide, mais n’excédez pas 35 degrés. la température de levée idéale se situe entre 24 et 30 degrés Celsius.

13- Levée = 20 à 30 minutes.

14- Pendant ce temps, on graisse et on enfarine les moules.

15- Repétrissage et on façonne les pains selon la forme voulue.

16- Mettre dans les moules et huiler ou graisser la surface des pains et les enfariner.

17- Couvrir et faire une deuxième levée jusqu’à ce que les pains aient atteint le double de leur grosseur. Environ 45 minutes, dans un endroit chaud et humide.

18- Une fois le pain doublé, on le cuit à 350 degrés, jusqu’à ce qu’il soit bien doré. Environ 30 minutes. le temps de cuisson dépend aussi de la grosseur de vos pains et du type de moules utilisés. Vous n’êtes pas obligés de préchauffer votre four, surtout si vos pains y étaient installés pour la levée.

Par contre, c’est souhaitable.

19- Une fois cuits, démoulez les pains pendant qu’ils sont chauds. Si vous ne le faîtes pas, il se fera de la condensation dans le fond des moules et le pain sera mouillé, en plus de coller au moule. On ne veut pas ça!

20- Recouvrez d’un linge sec le temps qu’ils refroidissent.

*Le verre est un matériel qui conserve bien la chaleur, c’est la raison pour laquelle je le recommande.

**Un four avec la lumière allumée et un bol d’eau chaude est un milieu idéal pour la levée d’un pain.

Pour ce qui est des conseils et astuces pour réussir son pain à tout coup, Marie-Eve a créé un document à cet effet. Il est ici, sous le nom Pain astuce, méthode, recette fb.pdf.  Je vous invite à y jeter un coup d’oeil.

Encore une fois, je vous souhaite de vous amuser, de développer le goût et l’habitude de faire votre propre main maison, et surtout de vous régaler! Bon appétit! 🙂

img_2918

 

 

 

Jus de légumes maison.

23558892-Automne-corne-d-abondance-corne-d-abondance-de-fruits-et-de-l-gumes-Vecteur-Banque-d'images

Voilà. L’été tire à sa fin. Les jardins débordent littéralement de ce qu’on a regardé pousser doucement durant 3 mois, des fois plus.

Pour ne pas perdre une once de cette abondance (mis à part le fait de partager les fruits de nos récoltes avec nos amis et nos familles), il n’y a rien de mieux que la déshydratation des aliments, leur congélation et la mise en conserves pour nous donner un goût d’été tout l’hiver durant! 🙂

Le savoir se passant parfois d’une génération à l’autre et parfois pas, il serait facile, dans les deux cas, de faire des erreurs dans la méthode sécuritaire de mise en conserve.

Ma mère, en me partageant sa recette du meilleur jus de légumes au monde (recette qu’elle tenait de sa belle-mère, qui elle la tenait de sa mère, qui la tenait de… bref, voyez le tableau), m’a aussi transmis sa méthode de mise en conserve pour ladite recette. Après quelques recherches (et quelques erreurs aussi, je dois l’admettre), j’ai appris que les méthodes ancestrales n’avaient pas nécessairement bonne presse et qu’elles pouvaient même (et surtout) s’avérer dangereuses pour la santé.

En effet, nos mères et les leurs avaient souvent pour méthode de stérilisation de mettre les pots de verre au four. Ce qui n’est malheureusement pas suffisant pour stériliser des pots. Aussi, malgré que l’autoclave (gros chaudron avec un indicateur de pression) ait été breveté en 1820, il est malheureusement encore fréquent de se faire dire que toutes les recettes de conserves peuvent n’être cuites qu’à la marmite et que ce sera suffisant. Or, c’est loin d’être le cas. Le Ph d’une recette permet en fait de déterminer si nous devrons passer les pots à la marmite ou à l’autoclave après la mise en pots. Des bactéries telles que le botulisme (truc mortel, on joue pas avec la santé comme ça!) pouvant facilement se développer dans les pots si la stérilisation n’a pas été faite de façon adéquate, il est impératif de connaître les bonnes méthodes de stérilisation et de cuisson pour préserver notre propre santé et celle de nos proches.  Les sites de Vincent le canneux et de Bernardin sont deux des meilleures références à ce sujet, en plus de contenir d’innombrables recettes. Je vous conseille aussi deux groupes facebook gérés par de véritables pros de la mise en conserve sécuritaire. Le premier est ici et le second, ici. Avec tout ça, vous pouvez être certain-e de n’empoisonner personne! Je sais, vous me direz que vous avez toujours fait comme ça, ou comme ça, que votre mère aussi et ainsi de suite et que personne n’en est jamais mort. Je vous répondrai seulement que tout ce qui vient d’avant nous n’a pas toujours forcément été bon (même si en général on aime bien les petits trucs de nos grands-mères! ) et qu’il serait aussi stupide d’attendre que quelqu’un contracte le botulisme pour enfin changer sa façon de faire des conserves…

Bref, je vous partage donc aujourd’hui la recette (revisitée, testée et approuvée) du meilleur jus de légumes au monde! Fini les V8 au prix exorbitant qui goûtent le métal! Ce jus est un pur délice! En voici donc la recette. À go, on canne! GO! 😀

Vous aurez besoin de:

  • 1 caisse de tomates de 20-22 lbs
  • 2 petits poireaux
  • 4 branches de céleri
  • 5-6 carottes
  • 2 oignons blancs
  • 1/2 poivron vert
  • 2 grosses gousses d’ail
  • 1/4 t de sel
  • 1 tasse de sucre
  • jus de citron en bouteille

Pour stériliser vos pots avant, voici la méthode.

La veille, passez tous les légumes (sauf les tomates) au robot pour en faire presque de la purée. Couvrez, et mettez au frigo pour la nuit. Lavez vos tomates aussi.

Le lendemain, écoeurez les tomates et coupez-les en 6-8 ou 10 morceaux, en prenant soin d’enlever les parties meurtries.

Mettez quelques tomates et une partie des légumes hachés, dans une grande rôtissoire ou un grand chaudron en écrasant les tomates avec un pilon à patates. Portez à ébullition. Il faut que les tomates soient immédiatement et constamment en ébullition pour éviter que le jus se sépare. Ajoutez quelques tomates à la fois et une partie des légumes pour ne pas stopper l’ébullition. Ajoutez le sel et le sucre. Attention à ne pas faire coller le fond. Mijoter environ 5 minutes après le dernier ajout de tomates.

Passez le tout dans une presse à tomates. (Moi je repasse les restes une deuxième fois, à vous de voir.) Récupérez le jus.

Reportez le jus à ébullition.

Ajouter 1 c. à soupe de jus de citron par pot de 500 ml. 2 c. à s. pour des pots d’1 L.

Empotez chaud en laissant 1/2 pouce d’espace sous le goulot. Pour s’assurer de laisser le bon espace, voyez ceci. Éliminez les bulles d’air avec une spatule ou un bâton de plastique. Essuyez le rebord de vos pots et placez un couvercle que vous aurez gardé dans un chaudron d’eau bien chaude avec les bagues. Vissez la bague jusqu’au point de résistance sans forcer plus. Replacez le pot dans la marmite, recouvrez d’eau et faites bouillir 35 minutes si vous faîtes des pots de 500 ml, 40 minutes pour des pots d’1 L.

Lorsque le temps est terminé, laissez le bouillonnement s’arrêter, déposez les pots sur une planche de bois ou un linge et laissez refroidir durant 24 hrs sans bouger les pots. Vous pouvez ensuite retirer les bagues si vos pots sont bien scellés. Identifiez les pots avec la date, et rangez!

Voilà! Un jus de légumes qui goûtera frais l’été, tout au long de l’hiver! 😉

14193727_958368177618404_99526730_n

 

 

 

 

 

Baume à lèvres maison.

Mon petit M. Bonheur (qui aura 8 ans dans quelques semaines) souffre de nombreux stress et d’une nervosité grandissante depuis janvier 2015. Un événement majeur a chamboulé notre vie familiale à ce moment et malgré que toute ma petite famille fasse de son mieux pour gérer la situation, personne n’arrive à s’y adapter réellement et tout le monde paye le prix fort… Mais M. Bonheur est le pire d’entre tous je crois bien et M. Bonheur ne file plus du tout le petit bonheur qui lui était si caractéristique. Il est maintenant aux prises avec plusieurs tics nerveux, dont celui de se licher les lèvres à outrance. Voyez:

Canon 657

Mais! Qu’à cela ne tienne! Notre amour pour ce bel enfant étant sans limite, les baumes à lèvres des commerces étant clairement inefficaces et trop chers et notre famille ne reculant devant rien, nous nous sommes attaqués au problème sous un autre angle, à savoir: l’angle du naturel et du fait maison! 🙂

Après quelques recherches aisées et l’aide de sources fiables, il fût décidé que nous ferions nous-mêmes notre baume à lèvres pour guérir ce joli minois! Nous nous sommes donc procurés les quelques ingrédients nécessaires dans un supermarché santé. Nous avons aussi déniché des tubes et des pots neufs à cet effet. (Sachez que nous avons choisi d’acheter nos contenants neufs, mais il est aussi possible de recycler et réutiliser des contenants que vous possédez déjà, cela va de soi!)

Canon 664

Malgré une recette très simple, des ingrédients de qualité et mon expérience en cuisine, je dois avouer que je me sentais nerveuse à l’idée de peut-être rater une quantité appréciable d’or fait maison qui devait littéralement sauver la peau de mon fils par-dessus le marché. J’ai donc choisi de limiter mes quantités, quitte à devoir faire une deuxième recette.

Après quelques minutes de fonte, l’ajout des huiles et autres ingrédients, quelques secondes pour couler le tout dans les tubes et les pots et quelques heures à laisser le tout durcir et refroidir, notre première recette de baume à lèvres maison avait vu le jour et n’attendait que M. Bonheur à son retour de l’école pour être testée sur le principal intéressé!

Canon 670

Verdict: Adopté! Yeeahh! 😀

Comme nous faisions la recette pour la première fois, nous nous sommes fié sur les quantités d’autres recettes maison trouvées sur le net. Mais tout n’était pas parfaitement au point. Notre baume s’est avéré être plutôt solide après le temps de refroidissement et un peu difficile à appliquer. Nous avons compris que nous avions mis trop de cire d’abeille (ingrédient de base de notre recette) et que la proportion aurait dû être égale à celle du beurre de cacao. Nous avons donc modifié les quantités de la recette que nous vous donnons ici, dans ce but. Sachez donc que plus vous mettrez de cire d’abeille, plus le baume sera dur et difficile à étendre sur les lèvres.

Somme toute, l’expérience a vraiment été agréable et enrichissante.

Pour ce qui est de la guérison de mon petit bonhomme, lui qui s’étalait près de la moitié d’un  »lypsil » sur les lèvres des dizaines de fois par jour, n’en a mis que 2 fois entre son heure de dîner et l’heure du dodo. Il est encore trop tôt pour bien évaluer l’efficacité réparatrice du produit, mais il dit en aimer la texture, l’odeur et le fait de ne pas sentir le besoin d’en remettre aux 10 minutes! Ce qui est tout de même une bonne moyenne au bâton! hihi!

Voici donc la recette. Les quantités nommées vous donneront environ de 8 à 10 bâtonnets de baume.

  • 30g de cire d’abeille
  • 30g de beurre de cacao
  • Une dizaine de gouttes de teinture de calendule
  • Une dizaine de gouttes d’huile essentielle de votre choix (attention aux huiles d’orange amère, de citron ou de pamplemousse qui sont photosensibilisantes)
  • 1/2 c à thé de vitamine E.

Dans un bain-marie et à feu moyen-élevé, faites fondre la cire d’abeille et le beurre de cacao. Lorsque tout est fondu, retirez du feu et ajoutez les autres ingrédients. Versez dans les tubes à l’aide d’un petit entonnoir ou d’un contenant à bec verseur. Attention, ça durcit assez vite! Laissez refroidir à température ambiante durant quelques heures et vos baumes-maison-écolos-bios seront prêts à être utilisés!

À votre tour! 🙂

P.S: Ces cosmétiques n’ont pas été testés sur des animaux. 😉

 

Pas besoin d’un nom…

Toute chose, ou tout concept, principe, élément, découlant du bien comme du mal, n’a pas besoin d’un nom pour exister…

Voilà le début d’une réflexion que je me suis faite en changeant la couche (de coton 😉 ) de mon petit viking ce matin.

Ce petit viking étant mon quatrième enfant (et non le dernier puisque bb5 est en route ❤ ), je me suis mise à penser à mon premier enfant, ma belle grande fille, la seule de mon  »équipe de soccer » d’ailleurs…

J’ai eu ma fille alors que je n’avais que 17 ans. Six jours après ma fête, très exactement. Pas la peine de perdre votre temps en jugements ici… Cette enfant était planifiée, voulue, désirée et a été ( et est encore!) aimée et soignée.

Cela étant dit, 17 ans, ça reste jeune, peu importe le projet entrepris. Quand on me disait qu’avoir un enfant ça changeait toute votre vie, je ne comprenais pas que le changement se passait beaucoup plus intérieurement et profondément qu’en surface et dans les activités du quotidien. Quoiqu’il y ait là aussi beaucoup de chamboulements, les plus grands et les plus importants se font direct dans les tripes, direct au coeur, direct dans l’essence même de ce que l’on est.

Sans savoir que je faisais comme la majorité des futurs parents, durant la grossesse je me suis mise à remettre en question l’héritage (éducationnel, moral, social, etc.), reçu de mes propres parents. J’en ai gardé, j’en ai laissé de côté, j’ai fait des choix. Beaucoup de choix. Sans jamais vraiment les nommer…

Par exemple, ma mère, comme beaucoup d’autres de sa génération, avait souffert (à tort ou à raison, là n’est pas la question) d’être née dans une grande famille (12 enfants) et d’avoir dû composer avec les maigres salaires de ses parents. Une des conséquences (ni bonne, ni mauvaise, cela n’est qu’un constat), a été de choisir des valeurs matérielles comme étant la base de ce qu’elle souhaitait offrir à ses enfants. Elle avait, à l’époque, durant sa première grossesse (moi ) pesé le pour et le contre de l’héritage reçu de ses propres parents, en a gardé et en a laissé, a fait sa petite valise et a construit sa vie. Du mieux qu’elle a pu, au mieux de ses connaissances et de ses capacités. Du moins on le souhaite! hihi! J’ai donc fait la même chose, en choisissant de ne pas mettre en avant plan ces mêmes valeurs matérielles. J’avais une autre conception de la vie, du rôle parental, de l’engagement que cela demandait, des sacrifices à faire, du temps à consacrer aux enfants, bref, je voyais ça autrement. Mais je ne mettais pas de mots sur les concepts auxquels je réfléchissais… Cependant, mes choix se définissaient, se concrétisaient doucement, faisant de plus en plus de sens au fur et à mesure que mes réflexions évoluaient.

Et puis ma fille est née. Et les changements internes se sont poursuivis, à vitesse grand V. Je me trouvais, me découvrais, dans cette relation, ce nouveau rôle. Je me définissais, je m’y sentais bien, de mieux en mieux avec le temps qui passait. Des décisions s’imposaient à moi alors que je n’y avais jamais pensé ni même porté attention. Comme d’allaiter. J’avais beau n’avoir que 17 ans, l’allaitement s’est présenté comme une évidence, une certitude, une conviction que je ne me connaissais pas jusque là. La petite devant être hospitalisée à la naissance pour un petit problème aux intestins et une jaunisse, j’ai tiré mon lait durant un peu plus de deux semaines, l’ai remis à la conseillère en allaitement de l’hôpital tous les jours durant son séjour, afin de m’assurer qu’elle aurait bien mon lait quand elle commencerait à se nourrir (elle était intubée en permanence…). La transition bouteille/allaitement a été difficile en sortant de l’hôpital, mais ça c’est une autre histoire! 😉

Puis, le manque d’espace aidant, le lit de bébé s’est retrouvé dans ma chambre. Toutes les nuits, quand elle se réveillait, je finissais par la garder avec moi dans mon lit afin de calmer ses douleurs au ventre plus facilement, plus efficacement et de réussir à mieux me reposer également. D’où me venait cette idée?! De ma grand-mère! Cette dernière, qui a eu 6 enfants, leur a tous permis de dormir dans son lit avec elle quand ils en avaient besoin. Son leitmotiv? – »J’aime mieux avoir 6 enfants dans mon lit et dormir un peu avec des enfants heureux, que d’avoir 6 enfants fatigués et au bout de leurs forces et moi au bout des miennes et ne pas dormir du tout! » Je trouvais que c’était tout simplement plein de bon sens!

En lien avec l’endormissement et le temps de sommeil, je me souviens m’être fait bercer, m’être fait chanter des chansons, m’être fait cajoler, au chaud, dans les bras de ceux qui prenaient soin de moi ❤ . À mon sens, il n’y avait pas d’autre façon d’endormir un bébé. Comme la cocotte avait eu des problèmes de bedon et qu’ils se sont poursuivis durant un moment dans sa vie, la porter sur moi, la tenir au chaud, la bercer, lui chanter des berceuses, la promener, ont fait partie de notre quotidien durant de longues années. J’ai cessé de chanter pour elle et de l’accompagner pour s’endormir alors qu’elle avait presque 12 ans… Elle s’en sentait rassurée, réconfortée, en sécurité, confortable et soulagée de ses douleurs. Et ce, malgré que d’autres enfants se soient ajoutés à la fratrie. Je ne me suis jamais posé de questions si c’était bien, mal, trop ou pas assez… C’était ce dont elle avait besoin, et je le lui offrais. Je faisais ma job comme on dit. Mais j’en retirais autant de bien-être qu’elle, puisque je la savais au meilleur de ce qu’elle pouvait ressentir.

Vint ensuite la question des aliments solides. En tant que parent d’un premier enfant, il est si facile de ne pas se faire confiance et de se mettre à se poser des milliers de questions sur le comment du pourquoi… Je n’y ai pas échappé. J’ai fait des erreurs. Comme nous en faisons tous. Mais le jour où j’ai compris que rien ne me servait de forcer mon enfant à manger, rien ne me servait de lui donner un horaire fixe pour les repas (ou de quoi que ce soit d’autre d’ailleurs), les choses se sont mises à se passer tellement mieux, tellement plus facilement et tellement plus respectueusement! Il aura encore une fois fallu cette vielle dame pour me faire remarquer que je ne mangeais pas la même chose à tous les petits déjeuners, ni à la même heure, ni selon la même quantité. Que quand je me relevais d’une nuit malade, je n’avais pas aussi faim que si j’étais en pleine forme. Que lorsqu’il faisait chaud j’avais moins faim, plus soif, plus envie de dormir et d’un peu moins m’activer au gros soleil toute la journée. Ces états de faits tout simples, si humbles et évidents, ne m’étaient jamais passés par l’esprit. À partir du moment où je les ai appliqués à ma fille, avec comme idée dirigeante qu’  »un enfant ne se laisse pas mourir de faim » (on exclu ici tout contexte de maladie grave, soyons réalistes svp…) les crises au moment des repas ont subitement cessé, mon stress est tombé, mon sentiment de culpabilité et mon besoin de contrôler aussi, et tout en a été facilité.

Il y a aussi cette attitude… Je me souviens d’une soirée chez des  »amis ». Little miss avait 8 ans je crois bien. Elle s’amusait avec les autres enfants (ces gens avaient 4 enfants). Ils jouaient tous au sous-sol, pendant que nous, les  »adultes », discutions dans la cuisine. La maman de ces enfants n’avait pas cessé de crier de la soirée! Elle criait pour qu’un des enfants l’entende du sous-sol et monte la voir, criait pour engueuler le plus grand qui avait cogné un plus petit, criait pour que sa plus jeune fille baisse le son de la musique, criait pour qu’ils viennent manger… Des cris à n’en plus finir! Un peu avant l’heure du repas, j’ai descendu quelques marches de l’escalier du sous-sol, et j’ai demandé à ma fille de venir me voir. Je n’ai pas eu besoin de crier, elle m’avait vue dans l’escalier. Je l’ai avisée que nous allions manger dans quelques minutes, de se préparer à monter. Le tout avec un câlin rapide et un sourire. Dix minutes plus tard, ma fille montait, seule et s’assoyait à la table pendant que l’autre maman hurlait pour que ses enfants viennent manger… Cette soirée m’a marquée ad vitam aeternam.

J’ai vieilli, eu d’autres enfants, lu, appris… J’ai su quelle importance avait l’allaitement. Autant au plan scientifique et biologique qu’émotionnel et cérébral. J’ai su que partout ailleurs qu’en Occident, les enfants partagent la couche de leurs parents et que cela se nomme le co-dodo. Que de tenir mes enfants dans mes bras de longues heures par jour, de les porter et les transporter sur moi, s’appelle le portage. Que de se fier à l’instinct de l’enfant pour le nourrir, de se fier à son appétit, à sa capacité motrice et à sa curiosité, sont les principes moteurs de la  »diversification menée par l’enfant » (DME). Que de ne pas crier sur mes enfants, de ne pas leur infliger de châtiments corporels, de ne pas les humilier, de les respecter, de me mettre à leur hauteur pour leur parler et de prendre le temps de leur expliquer les choses (les consignes autant que leurs questions sur la Vie), s’appelle l’éducation bienveillante.

Ces quelques principes, qui, malgré que je les ai par moments involontairement mis de côté et mis à l’épreuve selon certains contextes de ma vie, ont toujours été ce qui a motivé et guidé mon attitude et mes choix parentaux. Tous mes enfants en ont profité. Même le deuxième, mon 007, avec toutes les caractéristiques de ce que je sais aujourd’hui être un BABI (bébé aux besoins intenses), a bénéficié de cette patience, de ce portage, de ces câlins, de cet amour, peu importait l’heure du jour ou de la nuit où ils en a eu besoin. Tout cela se résume en une seule expression: le maternage proximal. Aujourd’hui je le sais. Mais ce n’est vraiment pas important. Toutes ces choses existaient sans que j’en connaisse le nom. Et elles existaient bien avant que la psychologie populaire y mette des noms et des étiquettes. Elles ont toujours existé et ont longtemps été guidées par l’instinct.

Malgré qu’aujourd’hui trop de parents en perdent leur latin avec toutes les recommandations, les conseils des beaux-parents, les jugements des autres, les livres bourrés de principes souvent faux voir dangereux, le maternage proximal et ses bienfaits reprennent du service et le dessus sur les méthodes de dressage du sommeil, sur l’éloignement dit volontaire d’entre la mère et son nouveau-né, sur la sur-médicalisation de la grossesse et de l’accouchement. Mais tout cela avait cours bien avant aujourd’hui. Bien avant qu’on en oublie notre instinct entre deux pages de bouquin, deux nuits blanches, deux bouchées de nourriture en pots… Pas besoin d’y mettre un nom, pour que ça existe… et pour en tirer des bienfaits. ❤

11768825_738273872961170_2068303635_o

Le bonheur est fait de petites choses.

Trop, beaucoup trop longtemps sans avoir écrit… Mais c’est ça la vie de maman; tu fais ce que tu peux quand tu peux, et pas ce que tu veux quand tu veux! 🙂

Depuis mon dernier article, BEAUCOUP de choses se sont passées! Premièrement, le jardin avance bien. Mon vicking d’amour a construit les boîtes (beds) dans lesquelles pousseront nos merveilleux plants de tout plein de choses merveilleuses! Ça, par contre, c’est si on réussit à sauver ce qui nous en reste, parce qu’avec nos 5 chats qui passent leur temps à se faire les dents sur les plants… je garantie pas du résultat. 😦 Les boîtes sont donc faites, nous avons récupéré de vieux troncs d’arbres, des branches, des bûches, etc., qui ont été placées dans les boîtes et recouverts de terre. Nous plantons demain! 😀

Les enfants ont de plus en plus hâte à la fin de l’année scolaire et de plus en plus de difficulté à se coucher à la même heure que d’habitude, vu le soleil qui se couche de plus en plus tard… Maman aussi commence à avoir hâte aux vacances d’été je dois dire! Et avec toutes les histoires pas jojo qui se passent à l’école pour deux de mes crapules, j’avoue que je désespère dramatiquement du système scolaire québécois. J’ai commencé à me renseigner sur l’école à la maison… On verra ce que ça donnera d’aller glaner des infos, mais le projet me tente vraiment! C’est clair que ce serait BEAUCOUP de travail, mais de m’assurer une évaluation juste et honnête de mon grand de 9 ans, (alias M. 007), de m’assurer aussi qu’il ne revient pas en pleurant parce qu’il n’a pas eu la (fausse) note de passage que sa maîtresse exige (elle dit aux enfants que pour avoir la note de passage, il faut atteindre 9/10!! 😦 Allo la pression! ), et que mon petit de 6 ans (M. Bonheur) est traité de façon juste et équitable et non mis de côté parce qu’il ne pose pas de problème et qu’il est ultra patient et résilient, serait un baume sur le petit coeur de mes cocos et sur le mien aussi, je dois l’avouer… Dans tous les cas, je me renseigne pour le moment. J’ai bien hâte de voir comment cette idée va finir par tourner! 🙂

Aussi, quelques projets rénos sont en cours! Avec l’achat de la maison en juin dernier (et oui! Déjà presque un an! C’est fou comme le temps passe vite!), nous savions qu’il y aurait des trucs à rénover. On avait hâte de commencer! 😀 Quelques imprévus financiers nous ont retardé dans notre aventure de rénovations (on nous l’avait dit que la première année dans une maison, ça coûte cher, alors nous ne sommes pas restés trop surpris…), mais on commence à ramasser les matériaux nécessaires. Au programme: refaire (au complet! ) la salle de bain du rez-de-chaussée et faire une chambre au sous-sol. En fin de semaine dernière, pour moins de 100$ (je suis très fière de ce si petit montant!) j’ai réussi à retaper la petite salle d’eau du deuxième étage. Quel vent de fraîcheur ça fait! Un coup de pinceau, des rideaux, des serviettes neuves et quelques accessoires et le tour était joué! Très beau résultat! Il est vrai que nous n’avions pas de rénovations à y faire en tant que tel, mais le rafraîchissement valait le coup, la pièce en avait bien besoin et mon moral aussi! 🙂 Ça fait toujours du bien! En plus, toujours dans notre optique écologique, nous avons choisi des peintures écologiques et recyclées et qui faisaient partie des  »couleurs manquées » que les magasins de peinture gardent parfois. Ces gallons ne seront donc pas jetés et m’auront coûté une fraction ridicule du prix régulier! Les rideaux que j’ai installés m’ont été donnés par une tante plus que généreuse et les accessoires ont été achetés dans les ventes de garage qui avaient lieu le weekend précédent. 🙂 Et voilà! Déco écolo! 😀

À travers tous ces beaux petits projets, il y a bien sûr le quotidien (fou parfois!) et les enfants (fous aussi quand on approche de la période de la pleine lune! hihihi!). L’allaitement, le lavage, boulanger, tous les repas à préparer, le ménage (qu’on ne fait pas aussi souvent qu’il le faudrait, mea culpa 😛 …), les chicanes de frères pour les jeux vidéos, les projets de science de M.007, les fêtes d’amis, les gros et les petits bobos, les progrès de M. pamplemousse qui attrape maintenant ses orteils et se les met dans la bouche (on arrête pas le progrès! C’est fou! hahaha!), ses premiers aliments solides, les migraines, les nuits courtes, les nerfs du dos qui coincent parfois sans crier gare, la plus grande de la famille (Miss sunhine 🙂 ) qui revient à la maison (vite! vite! faut lui faire une place, un lit, une commode! vite! ), les comptes à payer, le bon (on essaie…) voisinage, les sorties à la crèmerie avec les crapules, les tours au parc, les activités sportives, les cauchemars de M. bonheur, le lit de papa et maman qui devient soudainement trop petit en une seule nuit, les petits (et trop courts) moments avec mon vicking d’amour, etc. demandent un investissement non négligeable en temps et en énergie! On n’en sort plus! 😉

Mais on ne voudrait pas en sortir non plus de cette belle vie bien remplie de petits bonheurs! ❤ Alors on écrit un peu moins souvent… 😉1043904_10152129403970255_1424994675_n