Pain de campagne.

Alors comme la demande est présente, je vous offre avec plaisir ma recette de base pour faire mon pain.

Avant de vous en donner les ingrédients, sachez que si vous êtes plutôt nouveau(velle) en la matière, que le pain est un aliment légèrement capricieux à cuisiner et que plusieurs éléments peuvent en modifier le goût, la texture, le poids, la croûte, etc. Je suis moi-même assez débutante en la matière, malgré que je pense très bien me débrouiller (les pains partent vraiment vite et on m’en redemande! C’est rassurant! héhé! 😉 ) et que je me sente de plus en plus en confiance avec mes recettes. 🙂

Soyez donc avisés que si vous utilisez une farine plutôt qu’une autre, la consistance de votre pain pourra changer, ainsi que le goût (si vous prenez une farine de blé bio plutôt qu’une farine blanche par exemple). Si vous utilisez de la graisse végétale plutôt que du saindoux, si vous ne respectez pas les temps de levées, si vous pétrissez trop, trop fort, trop peu, tout cela affectera la densité de la pâte et donc l’appréciation au bout du compte… bref, suivez la recette! 😉 N’ayez tout de même aucune crainte à faire des essais et à y ajouter votre touche personnelle! Le meilleur moyen de devenir bon à quelque-chose, c’est en le faisant souvent! (Donc en échouant tout plein de fois et un beau jour, sans qu’on s’y attende, paf! Ça y est! 😉 )

Assurez-vous aussi d’avoir des bols assez grands pour contenir votre pâte quand vous ferez les levées. La pâte doublera de volume et ce serait moche de la ramasser au fond du fourneau avant qu’elle n’ait été cuite. Un  »cul de poule » est, selon moi, le meilleur type de bol pour cette opération. Votre cuillère de bois doit aussi être assez robuste pour endurer un peu de vie! 😉

Bon! Assez de bla bla! Voici ma recette de base pour un bon pain de campagne!

Pour 4 pains, vous aurez besoin de:

  • 2c.thé de sucre (10 ml)
  • 1/2t d’eau tiède (125 ml)
  • 2 sachets de levure active (22 ml)
  • 2t de lait (500 ml)
  • 2t d’eau froide (500 ml)
  • 1/4t de sucre (50 ml)
  • 5c.thé de sel (25 ml)
  • 1/4t de saindoux (50 ml)
  • 12t de farine bio tout usage de La Milanaise (2,75L)

Dissoudre 10 ml de sucre dans l’eau tiède. Saupoudrer la levure sur l’eau et laisser reposer 10 minutes SANS REMUER.

Faire frémir le lait (pour éviter qu’il ne colle au fond de la casserole, passer la casserole sous l’eau bien chaude avant de mettre sur le feu); retirer du feu, ajouter l’eau froide, le sucre, le sel et la graisse; remuer jusqu’à ce que le sucre soit dissous. Laisser tiédir.

Ajouter la levure dissoute et bien mélanger. Ajouter la moitié de la farine et battre vigoureusement à la cuillère de bois jusqu’à ce que le mélange soit lisse et élastique.

Ajoutez suffisamment de farine pour obtenir une pâte molle qui ne colle pas au bol.

Mettre la pâte sur une surface légèrement enfarinée et pétrir jusqu’à ce que la pâte soit satinée et élastique. Cette étape peut prendre de 8 à 10 minutes environ. Vous aurez compris que rendu à cette étape-ci, exit la cuillère de bois et qu’un peu d’huile de coude sera l’outil principal! 😉

Mettre la pâte dans un grand bol tiède graissé et la rouler pour en graisser toute la surface.

Couvrir d’un linge propre. Faire lever au double du volume dans un endroit chaud et humide, environ 1 heure. La pâte gardera alors l’empreinte du doigt.

Baisser la pâte avec le poing. (Mes enfants adorent cette étape! Sais pas pourquoi… 😉 ) Diviser en 4 parties égales ( ou en le nombre de pains que vous souhaitez faire, 12 par exemple si vous voulez de petits pains ronds à sandwiches), et façonner en pains. Mettre dans des moules à pain graissés, couvrir d’un linge trempe (mais essoré… c’est pour que la croûte ne soit pas trop épaisse, sec et cassante) et laisser lever à nouveau durant 45 à 60 minutes dans un endroit chaud et humide.

1511082_10152267190611702_1274681764_n

Cuire dans un four déjà chaud à 400° (un peu moins si votre four fait le con comme le mien…) durant une trentaine de minutes.

1781062_10152299128091702_5694964289709938781_o

Démouler immédiatement sur une grille. Laisser refroidir complètement avant d’envelopper.

Évidemment, il existe des tonnes de variantes à une recette comme celle-ci. Ainsi que des tonnes de méthodes différentes. Cette recette en est une de base. Pratiquez-vous et quand le coeur vous en dira, vous modifierez bien ce qui vous plaira! De la forme de votre pain en passant par la couleur, les possibilités sont innombrables! 🙂

Alors amusez-vous bien et surtout, bon appétit! ❤

Le bonheur est fait de petites choses.

Trop, beaucoup trop longtemps sans avoir écrit… Mais c’est ça la vie de maman; tu fais ce que tu peux quand tu peux, et pas ce que tu veux quand tu veux! 🙂

Depuis mon dernier article, BEAUCOUP de choses se sont passées! Premièrement, le jardin avance bien. Mon vicking d’amour a construit les boîtes (beds) dans lesquelles pousseront nos merveilleux plants de tout plein de choses merveilleuses! Ça, par contre, c’est si on réussit à sauver ce qui nous en reste, parce qu’avec nos 5 chats qui passent leur temps à se faire les dents sur les plants… je garantie pas du résultat. 😦 Les boîtes sont donc faites, nous avons récupéré de vieux troncs d’arbres, des branches, des bûches, etc., qui ont été placées dans les boîtes et recouverts de terre. Nous plantons demain! 😀

Les enfants ont de plus en plus hâte à la fin de l’année scolaire et de plus en plus de difficulté à se coucher à la même heure que d’habitude, vu le soleil qui se couche de plus en plus tard… Maman aussi commence à avoir hâte aux vacances d’été je dois dire! Et avec toutes les histoires pas jojo qui se passent à l’école pour deux de mes crapules, j’avoue que je désespère dramatiquement du système scolaire québécois. J’ai commencé à me renseigner sur l’école à la maison… On verra ce que ça donnera d’aller glaner des infos, mais le projet me tente vraiment! C’est clair que ce serait BEAUCOUP de travail, mais de m’assurer une évaluation juste et honnête de mon grand de 9 ans, (alias M. 007), de m’assurer aussi qu’il ne revient pas en pleurant parce qu’il n’a pas eu la (fausse) note de passage que sa maîtresse exige (elle dit aux enfants que pour avoir la note de passage, il faut atteindre 9/10!! 😦 Allo la pression! ), et que mon petit de 6 ans (M. Bonheur) est traité de façon juste et équitable et non mis de côté parce qu’il ne pose pas de problème et qu’il est ultra patient et résilient, serait un baume sur le petit coeur de mes cocos et sur le mien aussi, je dois l’avouer… Dans tous les cas, je me renseigne pour le moment. J’ai bien hâte de voir comment cette idée va finir par tourner! 🙂

Aussi, quelques projets rénos sont en cours! Avec l’achat de la maison en juin dernier (et oui! Déjà presque un an! C’est fou comme le temps passe vite!), nous savions qu’il y aurait des trucs à rénover. On avait hâte de commencer! 😀 Quelques imprévus financiers nous ont retardé dans notre aventure de rénovations (on nous l’avait dit que la première année dans une maison, ça coûte cher, alors nous ne sommes pas restés trop surpris…), mais on commence à ramasser les matériaux nécessaires. Au programme: refaire (au complet! ) la salle de bain du rez-de-chaussée et faire une chambre au sous-sol. En fin de semaine dernière, pour moins de 100$ (je suis très fière de ce si petit montant!) j’ai réussi à retaper la petite salle d’eau du deuxième étage. Quel vent de fraîcheur ça fait! Un coup de pinceau, des rideaux, des serviettes neuves et quelques accessoires et le tour était joué! Très beau résultat! Il est vrai que nous n’avions pas de rénovations à y faire en tant que tel, mais le rafraîchissement valait le coup, la pièce en avait bien besoin et mon moral aussi! 🙂 Ça fait toujours du bien! En plus, toujours dans notre optique écologique, nous avons choisi des peintures écologiques et recyclées et qui faisaient partie des  »couleurs manquées » que les magasins de peinture gardent parfois. Ces gallons ne seront donc pas jetés et m’auront coûté une fraction ridicule du prix régulier! Les rideaux que j’ai installés m’ont été donnés par une tante plus que généreuse et les accessoires ont été achetés dans les ventes de garage qui avaient lieu le weekend précédent. 🙂 Et voilà! Déco écolo! 😀

À travers tous ces beaux petits projets, il y a bien sûr le quotidien (fou parfois!) et les enfants (fous aussi quand on approche de la période de la pleine lune! hihihi!). L’allaitement, le lavage, boulanger, tous les repas à préparer, le ménage (qu’on ne fait pas aussi souvent qu’il le faudrait, mea culpa 😛 …), les chicanes de frères pour les jeux vidéos, les projets de science de M.007, les fêtes d’amis, les gros et les petits bobos, les progrès de M. pamplemousse qui attrape maintenant ses orteils et se les met dans la bouche (on arrête pas le progrès! C’est fou! hahaha!), ses premiers aliments solides, les migraines, les nuits courtes, les nerfs du dos qui coincent parfois sans crier gare, la plus grande de la famille (Miss sunhine 🙂 ) qui revient à la maison (vite! vite! faut lui faire une place, un lit, une commode! vite! ), les comptes à payer, le bon (on essaie…) voisinage, les sorties à la crèmerie avec les crapules, les tours au parc, les activités sportives, les cauchemars de M. bonheur, le lit de papa et maman qui devient soudainement trop petit en une seule nuit, les petits (et trop courts) moments avec mon vicking d’amour, etc. demandent un investissement non négligeable en temps et en énergie! On n’en sort plus! 😉

Mais on ne voudrait pas en sortir non plus de cette belle vie bien remplie de petits bonheurs! ❤ Alors on écrit un peu moins souvent… 😉1043904_10152129403970255_1424994675_n

 

 

Sans rancune!

Vous le savez tous (ou presque), j’ai 3 enfants. Ce sont mes crapules, mes crapauds, mes amours, mes bibittes, mes p’tits loups, mes cocos et mes belettes, et j’en passe.

Moi j’en ai 3. J’ai des amis qui en ont 1 ou 2; d’autres en ont 4, … 5. Et j’ai quelques copines qui ent ont 6, 7 ou 8. Personnellement, plus jeune, j’en voulais 6. À ma troisième grossesse, j’avais des jumeaux. Mais je ne le savais pas. Et à quelques semaines de cette grossesse, j’ai perdu du sang. Ça arrive souvent et les médecins passent quelques tests de base et si tout va bien, on vous conseille de rester plus calme (ce qui est plutôt difficile dans mon cas!) et de bien vous reposer. Mais après l’accouchement, qui soit dit en passant, s’est très bien déroulé et nous a donné un beau petit coco en santé, je suis tombée malade. Après 10 jours, j’ai dû retourner à l’hopital pour me faire faire un curetage. Il y avait un deuxième placenta qui n’avait pas été expulsé pendant l’accouchement parce que vide… On m’a dit que le sang que j’avais perdu au début de la grossesse était en fait une fausse couche. Et que j’aurais dû avoir des jumeaux. Ok.

Je n’ai pas vécu de deuil par rapport à cet embryon que mon corps avait rejeté. Je n’ai pas eu de grande tristesse. Parce que je me disais que c’est ce que la Vie avait choisi pour moi et que c’était probablement mieux ainsi.

Aujourd’hui, avec encore plus de recul, je me dis qu’effectivement, c’était mieux comme ça. Parce que, déjà, d’avoir un enfant, ce n’est pas facile; et tous ceux qui en ont plus qu’un vous diront qu’au deuxième, on devient un peu plus fou encore et que malgré la petite expérience parentale qu’on se croit posséder après un premier enfant, les deuxièmes sont toutefois très différents des premiers la plupart du temps. Et ce qu’on a appris de notre plus vieux nous aide sur certains plans avec le deuxième, mais nous laisse aussi complètement en plan sur d’autres! Ceux qui ont poursuivi la route avec une troisième grossesse, vous diront probablement aussi qu’après 3, c’est beaucoup plus facile. Pour ceux qui en ont plus de trois, je ne sais pas ce qu’ils disent en général! Je n’ai pas eu trop de questions à poser sur le sujet: je ne me suis pas rendue là encore! hahaha!

Je trouve que de devenir parent est un peu l’équivalent de recommencer une vie, mais en en étant plus conscient.

Quand on est tout petit et qu’on apprend à marcher, on se plante. Tout le temps. Mais on a une espèce de confiance en je ne sais trop quoi, en soi-même ou en la Vie, et on retente le coup. Au bout d’un certain temps, on fait un pas, puis deux, avec papa-maman-grand frère-grande soeur qui nous tend les mains à deux pieds devant soi et qui nous encourage à avancer. On ne sait pas trop ce qu’on fait ni pourquoi on le fait; c’est plutôt l’instinct qui nous y pousse. Ensuite, forts de notre nouvelle acquisition (la marche) et de notre solide expérience de si nombreux échecs et de recommencements et de notre réussite, on passe au niveau suivant: la course! Encore une fois, on n’est pas trop conscients des étapes qu’on est en train de vivre ni pourquoi on les recherche, mais on le fait. Il faut bien avancer dans la Vie! Et tant qu’à avancer, pourquoi pas y aller en courant!? Alors on apprend à courir. Viennent ensuite l’apprentissage des journées sans couche et en petites culottes ( durant lesquelles nombreux seront ceux qui vivront encore de cuisants échecs avant de faire l’apprentissage de la toilette!), manger seul en tentant d’en avoir plus dans la bouche que sur la tête ou le plancher (quelle frustration ce doit être d’avoir faim et de ne réussir qu’à tout foutre par terre! ARGHH!), les cauchemars qui nous réveillent, apprendre à dormir sans personne à côté, l’entrée à l’école, etc. Tout cela sans parler d’apprendre à se brosser les dents tout seul, à faire fonctionner la télécommande de la télé sans tomber sur le poste des nouvelles quand tout ce qu’on veut c’est les petits bonhommes, et je ne parle même pas du fastidieux et trop long apprentissage à mettre son linge sal au panier…

Quand on arrive à l’adolescence, on est plus conscients de ce qui se passe dans notre vie. Mais pas encore assez. (On est souvent même pas encore BONS avec le panier à linge sale!) On est centrés sur le plus profond de notre moi-même. C’est loin et creux tout en étant dramatiquement proche. Toutes les expériences que l’on fait, sont pareilles à celles vécues étant bébé ou jeune enfant; c’est-à-dire qu’on ne sait pas trop pourquoi on se met à fumer, qu’on cherche à aller plus loin plus vite, qu’on choisi tel ou tel ami ou amoureux. Mais on le fait. Et puis vient bien assez vite la vie de jeune adulte. La méga vingtaine! On se croit fort et grand, plein d’expérience! Après tout, on s’est bien rendus jusqu’ici dans notre vie alors on doit bien avoir une force qui a à voir là-dedans! Non?… On croit qu’on en sait plus que les vieux, plus que nos parents qui sont siiiiiiiii loin de leur jeunesse! On a le monde à nos pieds et toute la Vie devant nous! Et puis on devient parents. Et on veut faire mieux que les nôtres.

On devient parents et on se rend compte qu’on ne sait pas trop où on s’en va avec ce nouveau petit être-là… Qu’il n’est ni arrivé avec un livret explicatif, ni avec un «power point» signifiant d’avance les étapes à franchir, ni avec la description des crises que l’on vivrait et encore moins avec un avertissement de danger de devenir fou, danger si on manque notre coup, danger si on en fait un enfant-roi, danger si, danger ça… Mais on avance, à l’instinct; et pour les chanceux, en appelant notre mère au secours une fois de temps en temps.

On revit toutes les étapes que nous-même avons vécues, mais cette fois en en étant pleinement conscients et à travers quelqu’un d’autre: notre enfant. On se sentira insécures à l’arrivée du premier. On se sentira forts de notre expérience à l’arrivée du deuxième, mais on s’apercevra qu’il est très différent de son frère ou de sa soeur et qu’en fait on avait tout faux depuis le début! On se sentira plus calmes quand le troisième fera son entrée, mais on deviendra fous quand le plus vieux nous tapera sa crise d’adolescence croyant tout savoir et se sentant fort de sa propre expérience… Puis viendra la crise du deuxième et finalement ce sera complètement différent d’avec le précédent et quand le troisième y arrivera on sera tellement épuisés par les deux premiers qu’on aura juste envie de tout laisser tomber et de retourner à l’âge du berceau!

Ce qui revient à dire que la Vie est un perpétuel recommencement… On apprend à marcher des centaines sinon des milliers de fois. On apprend à se la péter et à recommencer autrement. Que ce soit à 1 an, que ce soit en entrant à l’école, en échouant à un examen, en entrant en relation amoureuse pour la première ou la cinquième fois. On se sent forts par moments et si faibles à d’autres. On se sent puissants un instant et on a le nez rivé sur le trottoir l’instant d’après. Mais il y a toujours cette espèce de feeling qui nous pousse à avancer… encore et toujours avancer… ne pas faire de surplace… sans trop savoir pourquoi ni comment… mais on y va… à l’instinct. Et on fini toujours par aboutir quelque-part. Ailleurs. Plus loin que notre point de départ. Plus forts de notre passé et pourtant ignorants face à l’avenir. Mais confiants. Confiants en quoi? J’en sais rien. Mais confiants quand même. Sinon, on aurait tous lâché le morceau bien avant… Et même si parfois l’envie nous prend de démissionner, de tout domper, de se payer un «one-way ticket» pour l’Alaska, le Soudan ou le triangle des Bermudes, on cancèle le projet à chaque fois. Parce qu’on sait pas trop pourquoi, mais on doit continuer d’avancer… même si on sait pas trop où ça va nous mener…

Alors à tous mes copains nouveaux ou futurs parents, moi je vous le dis: Vous allez devenir fous par bouts. Vous allez vouloir étouffer vos enfants plus d’une fois dans votre vie. Vous allez aussi tellement les aimer que vous allez en pleurer des fois. Vous allez aussi pleurer de découragement quand vous allez vous sentir complètement impuissants devant des tonnes de situations. Vous allez être fiers d’eux plus souvent qu’autrement par contre. Vous allez ramasser des murs à 400 à l’heure tellement le temps va vite et va vous échapper! Vous allez vouloir être malades à leur place quand ils ne feront que 2 degrés de trop de fièvre ou quand ils se ramasseront à l’hopital pour une commotion parce qu’ils vont être montés dans un arbre et en être tombés même si vous les aviez averti 100 fois de ne pas y grimper parce que c’est dangereux, ils pourraient en tomber… ! Vous allez vouloir les donner à votre belle-soeur en échange de rien du tout! Vous allez vouloir mordre le premier (et tous les suivants!) qui vont tenter de s’en prendre à eux par exemple! Vous allez vous sentir perdus comme c’est pas permis plus souvent qu’autrement mais au fond de vous-même, vous saurez qu’il n’y a PERSONNE de mieux placé que vous pour en prendre soin…

Et vous allez leur apprendre à marcher… à «marcher drette dans Vie»…